CPI: Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé situés aujourd’hui

102 0

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé ainsi que leurs soutiens sont suspendus aux lèvres de Fatou Bensouda, la procureure de la Cour pénale internationale qui a jusqu’à 24 heures ce lundi 16 septembre 2019 pour se décider sur sa décision de faire appel ou non de l’acquittement prononcé en faveur de ces deux hommes politiques ivoiriens le 15 janvier dernier, par des juges de la Cour Pénale Internationale, CPI.

La décision de la procureure de la CPI, Fatou Bensouda est très décisive pour l’issue de la présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire car en cas d’appel, Laurent Gbagbo, encore suffisamment influent dans le pays et crédité d’un fort score au même scrutin de 2010, ne pourra pas rentrer dans son pays malgré l’acquittement prononcé par des juges de cette juridiction internationale.

Il en est autant pour son ex-ministre de la jeunesse et compagnon de prison, Charles Blé Goudé qui vient de muer son mouvement le Congrès de la Jeunesse Panafricaine, Cojep, en parti politique, il y a de cela à peine un mois et qui a plus que jamais décidé de jouer un rôle de premier rang en Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé se trouvent, encore malgré eux, respectivement à Bruxelles, en Belgique et à  La Haye, au Pays-Bas, privés de tout déplacement.

En cas d’appel de la Procureure, aucun délai n’est prévu pour la décision finale, lui donnant ainsi la latitude d’engager une nouvelle procédure qui prendra plusieurs mois. Elle aura jusqu’en décembre 2019 pour soumettre son mémoire  et les avocats devraient ensuite répondre avant la décision des juges.

Alors que l’audition des témoins du procureur, un peu plus de quatre-vingt (80) personnes, avaient été complétée et au moment où les accusés s’apprêtaient  à présenter leurs propres preuves à décharge, deux des trois juges avaient estimé que la poursuite du procès était inutile, au regard de « l’extrême faiblesse » des preuves du bureau de la procureure et critiquant une « démonstration biaisée » sur cette période de l’histoire ivoirienne. Le troisième et dernier juge, mis en minorité avait quant à lui estimé que la procédure devrait suivre son cours afin de permettre à la procureure de décider de faire appel.

Autrement, en cas de désistement de la Procureure, Laurent Gbagbo ne devrait pas être au bout de ses peines car en janvier 2018, la justice ivoirienne l’a condamné à 20 ans de prison ferme dans l’affaire dite du « braquage » de la Cédéao durant la crise post-électorale de 2010-2011.

En tout état de cause, même si le camp du Président ivoirien, Alassane Ouattara, le RHDP affiche une certaine sérénité depuis l’annonce de l’alliance scellée par les ex-présidents Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, l’acquittement définitif de cet ancien pensionnaire de la prison de Sheveningen pourrait coincer la reconquête du pouvoir par l’actuelle majorité présidentielle en 2020.

Ce samedi 14 Septembre, les partisans de PDCI d’Henri Konan Bédié et du FPI de Laurent Gbagbo dans un meeting conjoint dit de la réconciliation, ont indiqué donner un signal fort au pouvoir en place à 13 mois de la présidentielle.

Kouamé L.Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 ne Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre