Burkina : 96 établissements scolaires occupés par les déplacés internes

291 0

Le ministre de l’Education nationale de l’Alphabétisation et de la Promotion des langues nationales (MENAPLN), le Pr Stanislas Ouaro a fait le point des établissements scolaires touchés par l’insécurité, le jeudi 19 septembre 2019. Ce sont 2.344 établissement scolaires qui ont été fermés temporairement ou au moins une fois pour raison d’insécurité, a-t-il fait savoir.

Du lot des 2.344 établissements scolaires, certains ont pu ré-ouvrir. « La reprise des activités pédagogiques pour celles qui n’ont pas ré-ouvert se fera au fur et à mesure de la sécurisation des localités concernées et en concertation avec les Forces  de défense et de sécurité, ainsi que les autorités administratives », a indiqué le ministre Stanislas Ouaro.

Cette situation a affecté 296.757 élèves répartis dans la Région de l’Est, du Centre-est, du Centre-nord, du Nord, de la Boucle du Mouhoun et du Sahel. Selon les données du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), 9.514 élèves font partie des Personnes déplacées internes (PDI). « Ces chiffres concernent uniquement les régions de la Boucle du Mouhoun, du Centre-nord et du Sahel », précise le ministre Ouaro.  

Sur la situation de ces élèves, assure le ministre de l’Education, « des dispositions seront prises pour la réinscription de ces élèves dans leurs écoles respectives et pour fournir les kits pédagogiques nécessaires. Au besoin, poursuit le Pr Stanislas Ouaro, nous allons augmenter les capacités d’accueil des établissements hôtes ». Pour ces élèves qui se retrouvent à Ouagadougou et à Bobo-Dioulasso, le ministre réitère les mêmes dispositions, « voire l’octroi de bourses aux plus vulnérables », ajoute-t-il.

Aussi, selon toujours les chiffres de la CONASUR, il a été recensé parmi les Personnes déplacées internes, 46.587 enfants non scolarisés de 3 à 17 ans dont 23.062 filles et 23.525 garçons.  « Pour ce public cible, la réflexion devra être orientée vers l’inscription des enfants d’âge préscolaire et primaire dans les structures éducatives formelles et pour les adolescents, le développement d’approches telles que la stratégie de scolarisation accélérée/Passerelle, les Centres d’éducation de base non formelle ou les centres de métier », soutient le ministre.

Pour les établissements occupés par les PDI, 96 au total, le ministre Ouaro a fait savoir qu’une mission est sur le terrain pour faire l’évaluation financière de la réhabilitation des sites.

« En collaboration avec le ministère en charge de l’action humanitaire et un certain nombre de partenaires, nous travaillons à la relocalisation de ces populations. C’est un travail qui est en cours. Soyez rassurés que nous ne pouvons pas chasser les personnes tant qu’on n’a pas trouvé des solutions. C’est sûr que cela va avoir un impact sur la rentrée scolaire », a confié le Pr Stanislas Ouaro.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre