Le réchauffement climatique : L’ONU tire la sonnette d’alarme

151 0

L’Organisation des Nations Unies (ONU) dans un rapport a indiqué que les cinq dernières années devraient constituer la période la plus chaude jamais enregistrée sur la planète terre.

L’Organisation (onusienne) de la météorologique mondiale, l’OMM, a dans un rapport le dimanche 22 septembre 2019 indiqué qu’entre 2015 et 2019, le réchauffement, l‘élévation du niveau de la mer et la pollution par le carbone se sont tous accélérés.

Rob Jackson, le président de Global Carbon Project (projet mondial sur le carbone), commentant ce rapport a fait savoir que « l’un des messages à retenir est que les émissions mondiales de dioxyde de carbone pour 2018 semblent avoir augmenté d’environ 2,1 %. Il s’agit donc de la plus forte augmentation enregistrée depuis plus de cinq ans. Et 2019 est sur le point de voir augmenter encore plus les émissions de quelques pour-cent aux États-Unis et en Chine, et de six à huit pour-cent en Inde, où les émissions par habitant sont bien inférieures à celles des États-Unis», a-t-il expliqué.

Le document présenté en prélude au sommet climat qui s’est ouvert ce lundi 23 septembre 2019 indique que la température globale a atteint 1,1 degré Celsius alors qu’il faudrait, selon l’agence météorologique, limiter immédiatement le réchauffement entre 0,9 et 0,4 degrés-Celsius.

John Christensen du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) explique : « Où en sommes-nous maintenant pour mettre en œuvre ce que nous avions promis de faire à Paris et en même temps voir que les pays qui ont soumis et qui se sont engagés à effectuer des réparations sont suffisants pour faire face à la situation. Et je pense que pour le moment, la réponse est non, je veux dire, les promesses faites à Paris suivent un certain ordre, mais nous devons au moins tripler ces efforts si nous voulons être en dessous de deux degrés…».

Le rapport de l’OMM a conclu que les efforts de réduction de la pollution par le carbone doivent être multipliés par trois pour ne pas dépasser la barre des 2 degrés Celsius, et multipliés par cinq pour limiter le réchauffement à 1,5 degrés Celsius depuis l‘ère préindustrielle.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l‘évolution du climat a promis publier ce mercredi 25 septembre un rapport plus large et plus international sur le changement climatique, les océans et les glaces.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre