Association nationale pour la traduction de la Bible et de l’Alphabétisation : Des membres à couteaux tirés

1191 0

C’est un climat délétère qui règne actuellement au sein de l’Association Nationale pour la Traduction de la Bible et de l’Alphabétisation (ANTBA). Ce jeudi 26 septembre 2019, un comité de crise a animé un point de presse à Ouagadougou pour informer l’opinion nationale et internationale de la crise qui sévit au sein de de l’association.

Le torchon brûle entre le Directeur Exécutif de l’Association Nationale pour la Traduction de la Bible et de l’Alphabétisation (ANTBA) et les autres membres de l’association, suite à une affaire de malversation.

Selon le Porte-parole du comité de crise, Ouédan Abraham Nion, tout est parti d’une crise financière qui a frappé de plein fouet l’ANTBA ces dernières années par le fait, dit-il, « que nos partenaires financiers traditionnels n’arrivaient plus à financer les différents projets de la traduction et de l’alphabétisation de l’ANTBA à 100% ».

Devant cette situation, les autorités de l’ANTBA de l’époque avaient envisagé un plan de redressement et de réadaptation des dépenses. Dans ce plan, des options avaient été retenues tel le licenciement de tout le personnel qui avait un contrat CDI, la réduction des salaires à des pourcentages acceptables proportionnellement aux recettes disponibles, entre autres.

Alors que la majorité du personnel a accepté de consentir des sacrifices pour la survie de l’ANTBA, son Directeur Exécutif a refusé de communiquer son contrat de travail à la directrice des affaires financières et comptables pour que celle-ci vérifie la conformité de son salaire par rapport à la nouvelle grille salariale qui relève de sa catégorie afin de pouvoir le mandater. Le Directeur exécutif ne s’exécute pas et il a fallu l’intervention de l’Assemblée Générale pour qu’il s’y soumette « plusieurs années plus tard ». Après vérification, il s’avère qu’au lieu que le Directeur Exécutif touche « un salaire de 725 000 F TTC/mois, il touchait dans la période indiquée (environ 4 ans) un salaire TTC de 981 000 F/mois », raconte le Porte-parole du comité de crise. Soit une somme indûment  perçue, selon le comité,  d’environ 11 millions de FCFA sur la période indiqué.

Après un mouvement d’humeur du personnel réclamant la démission du Directeur exécutif, celui-ci commet un auditeur pour faire l’audit financier et organisationnel, lequel audit aboutit à un trop perçu sur son salaire de 10 millions de FCFA. Cependant, il n’est pas inquiété, le Président du Conseil d’administration ayant refusé de le sanctionner. 3 membres du conseil d’administration rendent sur place leur tablier, tandis qu’un 4e, en l’occurrence Kao Ezéchias Nabié, est licencié.  A la suite du sieur Nabié, la directrice des affaires financières et comptables, elle aussi est démise de ses fonctions par le directeur Exécutif et remplacée par « une jeune demoiselle sans expérience ».  

20 bœufs à 2 millions…

Autre grief retenu contre le Directeur exécutif, il lui est reproché d’avoir vendu une vingtaine de bœufs appartenant à l’ANTBA qui dispose d’une ferme à Nadonon, près de Sapouy, à seulement 2 millions de FCFA (soit 100 000 F CFA par tête).  Pourtant, celui-ci avait déclaré lors de l’audit que les bœufs avaient été volés.

Toujours selon les animateurs du point de presse, le Directeur exécutif avait par ailleurs « ouvert un compte dans un établissement financier de la place où il place les recettes de l’imprimerie et d’autres recettes connexes où c’est lui-même qui gère ce compte avec sa complice ».

La suite, l’agent licencié porte l’affaire à l’inspection du travail en vue de chercher une solution de conciliation. Au motif qu’il n’a pas le temps, le directeur mis en cause  ne répond pas aux convocations de l’inspection du travail.

C’est dans ce contexte que la majorité des membres actifs de l’association a convoqué une assemblée générale extraordinaire le 21 septembre 2019 au cours de laquelle, le Directeur Exécutif  est limogé avec des poursuites judiciaires pour malversation financière.

Le comité a voulu à travers ce point de presse rassurer les partenaires de l’ANTBA qu’une solution est en train d’être trouvée pour mettre fin à la crise.

Maxime KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre