Corruption au Burkina : La douane en tête

321 0

La corruption devient de plus en plus récurrente au Burkina Faso, selon le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) qui a rendu public, ce lundi 30 septembre 2019 à Ouagadougou, son rapport 2018 sur l’état de la corruption.

La douane, la Police municipale, la Direction générale des transports terrestres et maritimes (DGTTM), la Gendarmerie nationale, la Police nationale, l’enseignement secondaire et la Justice sont respectivement les services où les pratiques de corruption ont été les plus fréquentes courant 2017, selon le REN-LAC.

C’est le dernier rapport sur l’état de la corruption du réseau qui le dit. Le document de 149 pages a été présenté au public ce lundi 30 septembre 2019 à Ouagadougou. A en croire les enquêteurs, le sondage s’est déroulé du 8 au 20 novembre 2018. Il a couvert les 13 chefs-lieux de région et la ville de Pouytenga.

Sur un total de 72 sollicitations avec la douane, 46 cas ont fait l’objet de pratiques de corruption, selon les répondants. 44 des 46 cas de corruption se sont déroulés lors de contrôles sur les axes routiers et deux cas lors d’opérations de dédouanement.

La Justice passe du 10e rang en 2017 au 7e rang en 2018

Au niveau de la Police municipale, les témoignages révèlent que 104 des 105 cas de rétributions illégales ont eu lieu lors des contrôles de la circulation routière urbaine. 66,7% de ces rétributions illégales, selon le rapport, ont eu lieu dans la seule ville de Ouagadougou. Quant à la DGTTM, sur 119 sollicitations, 40 cas de rétributions illégales ont été notés.

Pour ce qui est de la Gendarmerie nationale, 16 des 25 cas de rétributions illégales déclarées sont survenus lors de contrôle d’identité et des documents sur les axes routiers et le reste lors des activités de Police judiciaire.

Quant à la Police nationale, 284 cas de rétributions illégales ont été déclarées par les utilisateurs de ses services notamment lors de contrôles et lors de l’établissement de cartes nationales d’identité burkinabè (CNIB).

Selon l’étude, comparativement au rapport 2017, des services comme la Justice ont vu leur situation se dégrader, passant du 10e rang en 2017 au 7e rang en 2018.

Dans le même temps, d’autres services tels que la SONAGESS et le CCVA ont fait leur apparition dans ce classement de 2018.

Le questionnaire à travers un support électronique expérimenté

L’enquête menée par le REN-LAC et ses partenaires a porté sur un échantillon de 2.016 personnes âgées d’au moins 18 ans dont 50,1% de femmes et 71,1% de scolarisés. Elle a été réalisée sur la base d’un échantillonnage par quota tiré de la population en adéquation avec le Recensement général de la population et de l’habitation de 2006.

L’innovation majeure, mise en avant par les auteurs du rapport, a été l’administration du questionnaire à travers un support électronique. Ce qui aurait permis de réduire le temps de traitement des données et des erreurs éventuelles liées à la collecte.

« Les résultats indiquent que la corruption demeure un phénomène fréquent au Burkina Faso. Tout comme en 2017, sept enquêtés sur 10 estiment que la corruption est fréquente, voire très fréquente au Burkina Faso », a déploré le Secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo.

Cette confidence d’un enquêté vient jeter le manche après la cognée : « Partout dans les services, il faut motiver les agents si tu veux que ta demande soit satisfaite au plus vite. C’est tellement connu que cette pratique est devenue la norme maintenant ».

Les recommandations du rapport vont, entre autres, de la poursuite de l’arsenal juridique de prévention et de répression de la corruption à la mise en application des recommandations des enquêtes passées, en passant par la poursuite de la veille citoyenne, l’accentuation de la dénonciation, l’adoption urgente de textes sur la protection des lanceurs d’alerte et des dénonciateurs des pratiques de corruption.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre