Mali : Le GSIM revendique les attaques contre les camps de Boulkessy et Mondoro de l’armée

103 0

L’armée malienne a essuyé son plus important revers depuis plusieurs années, récemment lors des deux attaques meurtrières contre les camps de Boulkessy et Mondoro près de la frontière du Burkina Faso. Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM),  liée à Al-Qaïda, a revendiqué ces meurtriers assauts.

En plus des lourdes pertes matérielles, dont une dizaine de véhicules incendiés, quarante (40) militaires maliens ont perdu la vie dans ces deux attaques du 30 septembre et le 1er octobre 2019 des camps militaires de Boulkessy et Mondoro. Par contre plusieurs autres militaires sont encore portés disparus après la bataille même si certain nombre ont depuis été retrouvés vivants. Les autorités résistent à la tentation de dévoiler le nombre de militaires qui manquent à l’appel.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux et reçu par l’agence de presse mauritanienne Al-Akhbar et le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE, le GSIM affirme avoir “capturé deux officiers, dont un colonel, commandant de la base de Boulkessy, et tué au moins 85 militaires de tous grades”.

A propos de l’armement arraché après ces attaques, le GSIM a affirmé dans un communiqué que “cet arsenal chèrement acquis” est tombé aux mains de ses combattants pour “continuer leurs opérations et leur avance jusqu‘à la libération de tout le Mali et la région des croisés”, allusion aux forces de l’opération française Barkhane et de la Force conjointe des pays du G5 Sahel.

Pour un responsable du ministère malien de la Défense, “les terroristes font comme d’habitude de la propagande. Nous n’allons pas faire leur jeu”, a-t-il déclaré à l’AFP, avant de poursuivre : “Nous donnons les chiffres vérifiés sur le terrain. Nous sommes à 40 morts sur le terrain. Nous avons des hommes pour le moment portés disparus, mais nous ferons bientôt le point… l’armée avait également subi de lourdes pertes matérielles, dont une dizaine de véhicules incendiés”, a-t-il ajouté avec insistance.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre