Croissance économique : L’autonomisation des femmes, un élément clé!

139 0

Les conclusions du rapport de la 20 e édition d’Africa’S Pulse ont été livrées par l’économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique Albert Zeufack, le mercredi 09 octobre 2019. Il ressort de ce rapport que l’autonomisation des femmes de l’Afrique Subsaharienne, est fondamentale pour la croissance dans cette partie du continent.

 « La croissance en Afrique subsaharienne ne parvient pas à décoller en 2019, freinée par les incertitudes persistantes de l’économie mondiale et des reformes intérieures», selon la 20e édition d’Africa’s Pulse, le rapport semestriel de la banque mondiale consacré à la conjoncture économique africaine.

Globalement, la croissance devrait ressortir à 2,6% en 2019, contre 2,5% l’année précédente, une performance inférieure de 0,2 point de pourcentage aux prévisions d’avril. Comment accélérer la réduction de la pauvreté, et promouvoir l’autonomisation des femmes ?  Ces questions trouvent réponses dans le rapport semestriel de la Banque mondiale.

En 2015, quatre Africains sur dix, soit plus de 416 millions d’individus, survivaient avec moins de 1,90 dollar par jour. « Fautes d’initiatives d’envergure pour créer des débouchés économiques, l’extrême pauvreté va devenir un phénomène presque exclusivement africain à l’horizon 2030 », déplore, Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour l’Afrique.

La promotion de l’autonomisation des femmes en Afrique Subsaharienne, est un élément essentiel pour la croissance

Pour lutter contre la pauvreté, le rapport Africa’S Pulse, indique que l’on doit donner aux pauvres les moyens d’agir et s’attacher à accélérer la transition démographique et la baisse des taux de fécondité, à mieux tirer parti du système alimentaire en valorisant l’agriculture et en développant les activités rurales non agricoles, etc.

La promotion de l’autonomisation des femmes en Afrique Subsaharienne, est un élément essentiel pour la croissance. Le rapport semestriel de la banque note que cette partie de l’Afrique a plus de femmes au profil entrepreneurial que d’hommes. Mais force est de constater des écarts de salaire importants et persistants entre les deux sexes. « En Afrique subsaharienne les agricultrices produisent 33% de moins par hectare que les agriculteurs et les entrepreneures ou cheffes d’entreprise gagnent 34% de moins que leurs homologue masculins », a dévoilé le rapport.

Le rapport Africa’S Pulse a identifié 6 moyens pour promouvoir l’autonomisation des femmes. Il s’agit entre autres, de renforcer leurs compétences au-delà des formations traditionnelles ; de lever les contraintes financières par des solutions novatrices qui résolvent la question du nantissement et améliorent l’accès au secteur financier et d’aider à faire valoir leurs droits fonciers.

L’Afrique n’est pas le seul continent à pâtir de la conjoncture internationale incertaine. Les prévisions pour 2019 sont encore plus mauvaises pour le Maghreb et le Moyen Orient, l’Amérique latine et les Caraïbes ainsi que l’Asie du Sud.

Synthèse Irmine KINDA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre