Crise au CDP : « Nous mêmes CDP, nous avons été sanctionnés par le peuple » (Achille Tapsoba)

204 0

Moins de deux mois après le congrès extraordinaire du Congrès pour la Démocratie et le Progrès (CDP), les conclusions sont déjà en cours d’annulation. Après un voyage de concertation avec le fondateur du parti, Blaise Compaoré,  des directives sont sorties et la direction du CDP affirme vouloir s’y conformer. 

Blaise Compaoré «a invité la direction du parti à rapporter les sanctions dans un esprit de renforcement de la cohésion sociale et de l’unité », a déclaré Achille Tapsoba, vice-président du parti parlant de la lettre de l’ancien président. « Nos avons voulu que ces différents camarades prennent conscience de l‘intérêt du parti », a-t-il indiqué.

Et sur la question de la suspension des sanctions, il a été expliqué que ce n’est pas un ordre de Blaise Compaoré. Selon les propos du vice-président du CDP, « le président d’honneur a souhaité qu’on réintègre les exclus mais en suivant toutes les procédures ». Des orientations qui n’étonnent pas Achille Tapsoba. « Sa réaction ne pouvait qu’aller dans ce sens », a-t-il souligné.

Des décisions que le bureau politique national va s’atteler à suivre. C’est un discours de rassemblement qui sera tenu pour inviter les différentes parties à se réunir pour être en phase avec le président d’honneur du parti. Et pour Achille Tapsoba, « ces épistolaires sont authentiques  et ne sont nullement un désaveu de la direction politique nationale ».

La place de Blaise Compaoré dans le CDP actuel

Nombreux sont ceux qui se posent toujours la question sur  la place de l’ancien chef d’Etat au sien du CDP. Là-dessus, Achille Tapsoba s’est exprimé. Pour lui, Blaise Compaoré est le président d’honneur du parti. « Le poste de président d’honneur est hors hiérarchie », a-t-il soulevé. C’est  une disposition du règlement du CDP qui confère à Blaise Compaoré toute légalité d’œuvrer comme il fait. Celui-ci a par ailleurs statué également sur le mode de rapport des sanctions.

« On ne peut procéder autrement que par la convocation d’un autre congrès pour revenir sur les sanctions et recevoir la situation des sanctionnés », a soulevé le vice-président du CDP, Achile Tapsoba. Après les orientations, Blaise Compaoré indique la manière à suivre. Il ne reste maintenant qu’à réaliser les souhaits de celui qui a dirigé le Burkina Faso pendant 27 ans. 

« Ce n’est ni la victoire d’un sanctionné, ni la victoire d’un ‘sanctionneur’. C’est la victoire du parti. Nous mêmes CDP, nous avons été sanctionnés par le peuple, par la justice. On nous a destitués, on nous déchus de notre gestion du pouvoir. Ça s’est passé en une matinée et nous avons retenu la leçon. La sanction nous a permis de nous auto-critiquer et c’est pour cette raison que nous sommes encore là à espérer avoir la confiance du peuple. La sanction est un moyen et non une fin en soi » (Achille Tapsoba)

Les relations entre la direction du parti et le président d’honneur ne sont pas restées dans les oubliettes.  Si certains pensent que Blaise Compaoré désavoue le bureau actuel, Achille Tapsoba a voulu rassurer. « Je relève et je dis que le président d’honneur a dit qu’il n’a pas été consulté sur la nature des sanctions et non informé. Si non, le président du parti s’est toujours fait le devoir d’informer le président d’honneur de toute situation », a déclaré le vice-président du CDP.  Il a indiqué que c’est le temps qui n’a pas permis au président d’honneur de se prononcer sur les sanctions avant.

Cependant, les orientations du fondateur Blaise Compaoré ne concernent que les exclus et les sanctionnés, a expliqué Achille Tapsoba.  Ce processus ne prend pas en compte les démissionnaires. 

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre