Festival « un vent de liberté » : 10 ans de lutte pour une réinsertion sociale des détenus

104 0

Le festival « un vent de liberté » est une initiative de l’association African Culture. L’objectif général est de permettre aux détenus d’oublier  leurs conditions d’incarcération. La 10e édition de cette initiative a été lancée ce mardi 15 octobre 2019 à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO).

Considéré aujourd’hui comme le grand rendez-vous attendu par les maisons d’arrêt et leurs pensionnaires, le festival « un vent de liberté » a lancé sa 10e édition ce mardi 15 octobre 2019 à Ouagadougou. En raison de son 10e anniversaire, le festival se tiendra dans 10 prisons du Burkina Faso.

Initié par Freeman Tapily, directeur de l’association African Culture, le festival « un vent de liberté » a été créé dans le but d’amener les détenus à oublier leurs conditions d’incarcérations.

A l’écouter, ce festival vise à apporter de l’affection de la société aux détenus.

Le directeur de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), Claude Ouédraogo, a expliqué que ce festival contribue à la réalisation de la réinsertion sociale des incarcérés.

Pas un milieu  fermé

« Grace à cette activité, les artistes viennent aux détenus pour montrer que le milieu pénitentiaire n’est plus un milieu fermé. Nous avons toujours prôné l’ouverture de ce milieu pour montrer que nous ne sommes plus dans la dynamique de sanction, mais dans la dynamique de réinsertion », a-t-il indiqué.

Il a pris l’engagement de soutenir toutes les initiatives entrant dans le cadre de faciliter la réinsertion sociale des détenus.

L’ambassadeur de France, Luc Hallade, a salué cette initiative à l’endroit des détenus. « L’ambassade va continuer à soutenir African Culture parce qu’on est maintenant des partenaires anciens, traditionnels et fidèles », a-t-il précisé. Le diplomate a aussi profité visiter les nouveaux locaux qui ont été réalisés grâce au soutien de l’ambassade de France

Plusieurs artistes musiciens et humoristes ont effectué le déplacement pour rendre cette journée inoubliable pour les prisonniers. Deux anciens détenus, aujourd’hui musiciens, ont aussi répondu présent afin de soutenir leurs ex-compagnons.

Hanifa KOUSSOUBE (stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre