Burkina : L’ONG Tree Aid offre la gestion des ressources forestières aux collectivités locales

180 0

Le ministère de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, en collaboration avec l’ONG Tree Aid, a mis sur pied un projet. Il vise à développer un environnement politique propice et un cadre institutionnel stable pour la gouvernance locale des forêts. Le lancement dudit projet est intervenu ce jeudi 17 octobre 2019 dans la commune de Manga.

Améliorer les conditions de vie des populations rurales à travers la promotion de la gouvernance locale des ressources forestières. C’est l’objectif  fixé par le ministère de l’environnement et ses partenaires. Et ce, à travers un projet dénommé « Weoog-Pani ».  Et pour le ministre en charge de l’économie verte, Nestor Bassière, ce « projet va beaucoup apporter aux populations ». « Vous savez que nous sommes dans une décentralisation intégrale. A travers ce projet, c’est comment impliquer les collectivités dans cette gouvernance », a indiqué Nestor Batio Bassière.

Une exposition des produits dérivés des ressources forestières

Il  est ainsi clair que le ministère veut permettre aux forêts de vivre tout en aidant les populations à s’en sortir financièrement. Vu de ce côté, c’est une quête « noble » que le gouvernement avec ses partenaires comme Tree Aid et l’ambassade de Suède sont en train de mener. « Nous allons appuyer la création de 600 entreprises forestières villageoises au profit de plus 13 000 femmes. C’est vraiment un focus pour le développement social et économique des femmes et de leurs ménages », a soulevé le directeur des opérations Afrique de l’Ouest de l’ONG Tree Aid, Georges Bazongo.

Plus de 9 milliards de francs CFA pour ce projet

Financé par la Suède à hauteur de plus de 9 milliards de franc CFA, le projet comporte d’autres composantes. Ce sont, entre autres, la plantation de plus de 2 millions d’arbres, l’offre d’une véritable indépendance aux femmes. Aussi, la gérance d’une manière durable et avec assurance des forêts. « Weoogo-Pani » prend en compte 25 communes dans 4 régions que sont la région du Centre-Sud, celle de l’Est, le Nord et le Plateau central. Cependant, les enjeux du projet sont « énormes ». Le premier et le plus important d’entre eux est la valorisation des potentialités écologiques.

Le projet qui, doit couvrir une durée allant de juin 2019 à mai 2024, a déjà connu une phase pilote. Selon la chargée d’affaire de l’ambassade de Suède, Mia Rimby, « c’est super important de protéger les forets ». Le Burkina Faso s’est mis avec le meilleur allié possible dans le domaine de la protection des forêts. La diplomate suédoise attend à l’issue de ce projet l’émergence de professionnels dans l’exploitation durable des ressources forestières. Mais en attendant, elle a invité à accompagner les associations féminines dans le domaine de l’entreprenariat.

Plus de 2 millions d’arbres seront plantés dans le cadre du projet

Cette cérémonie de lancement a connu également une séance d’exposition des produits dérivés des produits forestiers. Du savon, de l’huile, des habits et autres produits issus de la transformation des ressources forestières ont été présentés. Une exposition qui a offert l’occasion de constater la joie des principaux bénéficiaires que sont les femmes. Pour elles, « c’est une aubaine ». Une plantation d’arbres a également ponctué cette cérémonie

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre