Burkina : Une nouvelle méthode pour le programme de reboisement du fonds permanent

970 0

Lancée en juillet 2019, l’opération 10.000 plants du Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) a enregistré des adhérents. Ce vendredi 18 octobre 2019, la commune de Koubri a reçu son lot d’arbres de la part du FPDCT. La mise en terre de ces arbres a été faite avec la participation des élèves et des agents de santé de la localité.

Jusqu’à ce jour, le FPDCT a mis en terre plus de 8 000 plants. Mais selon le directeur général de la structure, Bruno Dipama, ce nombre n’est pas encore satisfaisant par rapport aux objectifs de l’opération. Une opération qui prévoit la plantation de 10 000 arbres afin de reverdir le Burkina Faso. Dans la commune rurale de Koubri, les autorités ont une autre initiative pour le reboisement.

Si dans les autres communes, le fonds permanent a constitué des bosquets, à Koubri, la différence est nette. La commune a procédé à une répartition du nombre de plants entre les écoles et les centres de santé et de promotion sociale (CSPS). Et sur la question de la responsabilité, le DG du fonds a été clair. « La responsabilité incombe aux responsables des sites. Nous avons voulu également amener les plus jeunes à comprendre l’importance pour un homme de planter un arbre», a indiqué Bruno Dipama.

Des élèves en train de planter un arbre dans la cours du lycée départemental Naaba-Zana de Koubri

Les élèves conscients de leur rôle

Côté enseignants et élèves, le message est aussi limpide. C’est celui de fournir le maximum d’efforts pour la survie des plantes. « Naturellement, nous allons veiller à ce que ces arbres soient bien protégés et arrosés », a déclaré le directeur du lycée départemental Naaba-Zana de Koubri, François de Paule Yambressinga.

Les mots des autorités communales sont ceux de remerciement. Le maire de la commune de Koubri a relevé que « planter un arbre est comme mettre un enfant au monde ».

Au total, c’est plus de 1.000 plants que le FPDCT a mis en terre dans cette commune. Selon les propos de Marcel Zoungrana, chaque établissement aura au moins 20 plants.

Photo de famille de la délégation du FPDCT avec les responsables et les élèves du lycée départemental Naaba-Zana de Koubri

En plus des écoles, la répartition de la mairie a pris en compte les CSPS.

Basile SAMA

Burkina 24

 

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *