Burkina : Le CERFI a 30 ans

51 0

Les premiers responsables du Cercle d’Etude, de Recherche et de Formation Islamique (CERFI) ont tenu une conférence de presse ce samedi 19 octobre 2019 à Ouagadougou à l’occasion de son 30è anniversaire. Le thème central qui a été retenu est « Trentenaire du CERFI : Bilan et perspectives ».

1989 – 2019. Le Cercle d’Etude, de Recherche et de Formation Islamique (CERFI) a 30 ans. A l’occasion de cet anniversaire, un programme d’activités spirituelles, sociales et éducatives a été mis en place par les premiers responsables du CERFI.

Après avoir fait un bref historique du CERFI, le président El Hadj Aminou Ouédraogo a fait le résumé de quelques actions déjà réalisées par le cecle. « Le CERFI dispose de compétences diverses qui embrassent tous les aspects de la vie de la nation. Le CERFI par ces actions de formation et sensibilisation, a mis à la disposition du Burkina Faso des hommes et des femmes compétents, intègres et très attachés à l’éthique et à la déontologie de leur propre métier. Le CERFI, c’est 30 années d’engagement et d’action au service du pays », a déclaré El Hadj Aminou Ouédraogo.

Le CERFI œuvre également dans le social en organisant des activités de réflexion, des séminaires, camp de vacances, des visites dans les milieux carcéraux, dans les hôpitaux, la construction d’écoles et mosquées et la formation des jeunes à des métiers dans plusieurs villes du Burkina. De même, conformément au thème du trentenaire, les responsables ont énuméré les défis que le CERFI compte relever dans les années à venir. Il s’agit notamment de la construction prochaine du lycée du siège et des centres socio-éducatifs de Bobo et Orodara.

« Nous devons travailler à désarmer d’abord les cœurs »

La question du terrorisme et de la situation sécuritaire du Burkina n’est pas restée en marge des échanges du jour.  A ce propos, El Hadj Aminou Ouédraogo s’est prononcé. « J’ai l’habitude de dire que le désarmement, il n’est pas seulement celui que nous connaissons qui est de déposer les armes conventionnelles. Il y a les cœurs qui sont armés au Burkina de nos jours. Il faut les désarmer », dit-il.

Il a par la suite lancé un appel aux différentes confessions religieuses sur la culture de la paix. « Il faut que de plus en plus et dans toutes nos mosquées et nos lieux de culte, nous parlons à notre jeunesse parce que c’est quand elle n’a pas de repère qu’elle s’adonne au terrorisme et au grand banditisme. Donc il faut que les cœurs parlent aux cœurs », a laissé entendre El Hadj Aminou Ouédraogo

Pour finir, un hommage a été rendu aux devanciers du CERFI par l’inauguration d’une salle de conférence portant le nom du 1er président du CERFI, feu El Hadj Belem Sayouba. « Ce geste est un devoir de souvenir. Le CERFI, s’il s’est bâti, c’est au fruit du sacrifice de nos ainés. C’est donc pour donner un ton de départ à cette marque de considération pour les aînés, que nous avons baptisé cette salle de conférence au nom du premier président, El Hadj Belem Sayouba », a précisé El Hadj Aminou Ouédraogo.

Il faut enfin rappelé que les activités à l’occasion du 30è anniversaire du CERFI ont commencé et se poursuivent jusqu’au 02 novembre 2019 dans toutes les régions du Burkina.

Djamila DIALLO (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre