Burkina : « La shigellose  est l’une des causes de mortalité et de morbidité », selon Sophie Houard

804 0

L’atelier sur le projet de développement clinique d’un vaccin oral contre la maladie diarrhéique causée par la bactérie Shigelle (ShigOraVax) a été lancé ce mercredi 23 octobre 2019 à Ouagadougou.

La cérémonie officielle du projet de développement clinique d’un vaccin contre la shigellose, en abrégé « ShigOraVax », est intervenue dans la matinée du mercredi 23 octobre 2019. C’est un consortium constitué de cinq institutions dont l’Allemagne, l’Inde, la Hollande, la Suède, la Zambie et le Burkina Faso. Cette rencontre durera deux jours du 23 au 24 octobre 2019.

L’objectif de ce consortium est de travailler à la mise au point d’un vaccin oral contre Shigella, la deuxième cause de diarrhée après le Rotavirus chez les enfants. Ce projet vise au renforcement des capacités de recherches cliniques, de surveillance épidémiologique et de recherche en immunologie clinique. Cela va porter également sur les premières phases des essais cliniques d’un vaccin contre la shigellose.

Sophie Houard, directrice du développement des vaccins, représentante du coordonnateur de ShigOraVax, a défini la shigellose comme l’une des principales causes de mortalité et de morbidité chez les enfants dans le monde, en particulier dans les pays en développement à faible revenu d’Afrique et d’Asie du Sud. « La shigellose est responsable de diarrhée sanglante entrainant une mort rapide, particulièrement chez les jeunes enfants », a ajouté la directrice du développement des vaccins.

Le développement d’un vaccin demeure une priorité

Selon les statistiques, les shigelles sont responsables d’environ 210 000 décès, dont 63 000d’enfants de moins de 5 ans. Il est aussi démontré que le taux le plus élevé de mortalité due à des shigelles chez les enfants de moins de 5 ans est en Afrique de l’Ouest.

« À ce jour, il n’y a pas de vaccins approuvés pour la prévention. Les shigelloses sont traitées par des antibiotiques mais avec l’émergence de souches résistantes, le développement d’un vaccin est considéré comme une priorité en matière de santé publique », a indiqué Sophie Houard.

Selon elle, ce vaccin est destiné à être administré par la voie orale aux enfants et confère un avantage en termes de coût, d’intégration dans les programmes d’immunisation dans les pays affectés.

« Nous allons dans ce projet conduire les premières étapes du développement clinique du vaccin jusqu’à la preuve de son efficacité dans la population cible, à savoir les enfants de moins de 5 ans vivant dans les régions endémiques. Le premier essai clinique vise à démonter la sécurité et la tolérance de doses croissantes du vaccin. Ensuite le deuxième essai a pour objectif de déterminer la sécurité, la tolérance et l’immunogénicité du vaccin chez les enfants d’âges décroissants vivant au Burkina Faso », a expliqué la représentante du coordonnateur de ShigOraVax.

Des expertises en matière de santé publique

Une fois ces essais établis, dit-elle, ces tests permettront d’évaluer les échantillons récoltés sur les participants des différents essais cliniques.

Pour Dr Sodiomon B. Sirima, investigateur principal au Burkina Faso, la majeure partie des diarrhées chez les enfants sont dues à deux grandes causes, à savoir le rotavirus et la bactérie Shigelle. « Ces maladies sont souvent dues à des aliments pas suffisamment propres ou dans les eaux souillées », mentionne-t-il.

Durant ces deux jours d’échanges, Dr Sodiomon B. Sirima, a fait savoir qu’ils vont travailler à peaufiner le programme de travail pour les 5 ans, parcourir les différentes activités qui vont se dérouler et clarifier les responsabilités de chaque partie.

Il faut noter que ce projet a été financé par le partenariat Europe-pays en développement pour les essais cliniques (EDCTP) à hauteur de 5,7 milliards de FCFA et est porté au Burkina Faso par le groupe de recherche action en santé (GRAS).

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *