Retrait des enfants de la rue : Zéphirin Diabré facilitateur entre les maîtres coraniques et la ministre de l’action sociale

1101 0

 Ce vendredi 25 octobre 2019, le président de l’UPC et des maîtres coraniques étaient chez la première responsable du département en charge de l’action sociale.  

Mettre fin aux enfants en situation de rue en 2025 au Burkina Faso, tel est le défi que s’est posé la ministre de l’action sociale. Ainsi, le gouvernement a lancé l’opération qui consiste à retirer les enfants dans la rue.

Mais il y a des réticences et des incompréhensions. Pour mieux comprendre, les promoteurs des écoles coraniques ont plaidé auprès du président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC)  Zéphirin Diabré, pour un dialogue avec la première responsable.

Ce vendredi 25 octobre 2019, Laurence Ilboudo, ministre en charge de la famille,  a salué la démarche. « Les enfants en situation de rue est un sujet très attendu de nos populations et nous savons que les maîtres coraniques sont très impliqués dans la réussite de ce programme. D’où la nécessité aujourd’hui avec la conduite du président de l’UPC de venir pour que nous renouions le dialogue avec les maîtres coraniques », a-t-elle indiqué.

Lire également 👉Enfants et jeunes en situation de rue : Un phénomène qui compromet l’avenir des enfants

A l’écouter, cette rencontre a permis de recentrer les actions tout en impliquant les maîtres coraniques pour la réussite du programme.

Le Président de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC), Zéphirin Diabré, est satisfait de la rencontre.« En termes de résultats, c’est que nous pensons avoir été à la facilitation pour que le dialogue se renoue entre le service du ministère et les maîtres coraniques. Ce dialogue avait d’une certaine manière ralenti. Il fallait qu’ils recommencent à travailler en grande synergie afin que cette question des enfants en situation de rue,  notamment les enfants issus des foyers des écoles coraniques, soit mieux prise en charge », a-t-il précisé.

Lire également 👉Burkina : La formule magique de la ministre de la femme pour le retrait des enfants de la rue

Zéphirin Diabré a révélé que les maîtres coraniques avaient une certaine appréciation des opérations sur le terrain. « Ils ont parfois le sentiment que l’Etat à travers le ministère opère des arrestations et des actions dont il n’ont pas la bonne compréhension », a-t-il relaté.

Idrissa Kadiogo, président de l’association des maîtres coraniques, a fait savoir que ce sont de bonnes actions. Par contre, il a déploré leur non implication.  « Au lieu de s’accuser mutuellement, nous avons voulu échanger pour harmoniser nos niveaux de compréhension. Quand des décisions sont prises pour vous aider et sans explications, c’est difficile de comprendre », a fait savoir le premier responsable des écoles coraniques.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *