Terrorisme au Burkina : “La peur et la psychose doivent changer de camp”

970 0

Voulu et organisé par une initiative citoyenne, le meeting de soutien aux Forces de Défense et de Sécurité a enregistré une grande participation. Ce samedi 26 octobre 2019, la cuvette du stade Dr Issoufou Joseph Conombo a abrité ledit meeting. Au rang des invités, des personnalités politiques, coutumières, religieuses et associatives.

C’est dans un stade plein que des citoyens burkinabè ont exprimé leur soutien à l’endroit des FDS. Une mobilisation à la hauteur de la cause que le Larlé Naaba Tigré porte en sa qualité de parrain de la cérémonie. « Le message que nous voulons faire passer est qu’au-delà de nos appartenances politiques, religieuses et ethniques, nous sommes tous des Burkinabè », a indiqué le président du comité d’organisation, Emmanuel Kaboré.

Une affirmation qui situe le contexte dans lequel ce meeting est organisé. Un contexte marqué par des attaques terroristes et une insécurité grandissante. Et selon les propos de Emmanuel Kaboré, ces évènements touchent tout le Burkina Faso. « Nous ne prenons pas ça comme une attaque du Nord, de l’Est mais nous prenons cela comme une attaque à notre intégrité, à notre dignité, à notre vivre ensemble et à notre cohésion », a-t-il soulevé.

Un stade plein

C’est une invite à la collaboration, la culture de la paix et de la tolérance qui est ainsi lancée. Tour à tour, les leaders des différentes confessions religieuses ont tous porté le même message. Celui de s’unir pour lutter efficacement contre le terrorisme. Un terrorisme qui n’a que trop éprouvé le peuple du Burkina Faso. Du côté des victimes et des parents des victimes, l’occasion était belle pour un petit cours d’histoire sur les évènements. Ils ont aussi souhaité que la situation s’améliore.

Le Larlé Naaba Tigré, parrain du meeting

Pour ce grand rassemblement patriotique, le parrain était le Larlé Naaba Tigré. Un choix qui visiblement est symbolique. C’est d’ailleurs sur les différents guides religieux et coutumiers que l’initiative à l’origine du meeting compte s’appuyer pour changer les choses au “pays des hommes intègres”. Une position que ces derniers ont aussi comprise. « Populations des 13 régions du Burkina, nous avons suffisamment pleuré nos morts. Nous avons suffisamment fait montre de patience. Il faut désormais que ceux qui nous agressent sachent qu’il y a une limite à tout », a martelé le Larlé Naaba Tigré. Le ministre du Mogho Naaba a appelé toutes les confessions religieuses et coutumieres à user de tous les moyens, y compris mystiques, pour lutter contre le terrorisme.

« Les populations du Burkina ont toujours su résister et opposer une résistance héroïque  contre toutes les formes d’asservissement. Il n’est pas vain de rappeler que nous sommes des enfants du Burkina. Mais où se trouve notre intégrité si nous devons continuer à fuir et abandonner une portion de notre territoire à des groupes de bandits et de pillards. La solution militaire est nécessaire mais pas suffisante. Aucune réaction conventionnelle ne peut se révéler opérationnelle et efficace. La peur et la psychose doivent changer de camp. Toutes les régions doivent s’organiser pour ne plus se faire surprendre par les terroristes » (Larlé Naaba Tigré).

Au-delà des discours et de la mobilisation humaine, les organisateurs ont remis aux FDS du matériel. Il se compose de plus de 200 tonnes de céréales, de trois véhicules pik-up et d’une soixantaine de motos. Ce matériel est loin de résoudre le problème. Cependant, il doit permettre aux FDS, selon les propos du président du comité d’organisation, de résoudre quelques difficultés.

Une photo des autorités présentes au meeting de soutien aux FDS

Côté autorité, le chef de l’Etat a été représenté par son ministre de la décentralisation, Siméon Sawadogo. D’autres personnalités comme l’épouse du Président du Faso, le président de l’Assemblée nationale et d’autres ministres étaient également au rendez-vous pour soutenir les soldats burkinabè.

Basile SAMA

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *