Emploi des jeunes : Un dialogue tripartite pour la création d’emplois décents

1433 0

Le SPONG (Secrétariat permanent des organisations non gouvernementales) et ses partenaires, les ONG CREDO et AEAD sont en concertation les  28, 29 et 30 octobre 2019 pour porter la réflexion sur la quête d’un environnement institutionnel et des politiques favorables à l’emploi décent et la création de richesse. Cette rencontre devrait permettre d’analyser davantage les actions entreprises au niveau du projet «Job Booster», mais également au niveau des actions entreprises par les différents acteurs des politiques publiques en matière de promotion d’emploi et surtout pour un emploi décent.

«Job Booster» est une initiative mise en œuvre pour l’employabilité des jeunes par la formation professionnelle adaptée aux besoins des entreprises. Mise en place par le SPONG et ses partenaires en novembre 2018 pour la formation d’ici à 2021 de 15000 jeunes qualifiés de 15 à 35 ans dans trois régions du pays, l’expérience marche selon porte Juliette Compaoré, présidente du conseil d’administration du SPONG. « C’est une autre façon de voir  la promotion de l’emploi, que l’on ne fasse pas des formations pour des formations mais que l’on adapte les formations au besoin du marché », explique-t-elle.

Daniel Kéré, représentant du ministre de la jeunesse

Quant au représentant du ministre de la jeunesse et de la promotion de l’emploi, Daniel Kéré, il n’a pas manqué  de dérouler les grandes initiatives entreprises.

Le suivi des recommandations du forum des jeunes, de la semaine de l’entreprenariat  et le processus de mise en place de l’agence nationale  de formation professionnelle, ainsi que d’autres initiatives comme des formations intensives et de courte durée sont en train d’être mises en place, d’être développées.

« On peut constater très bientôt des résultats tangibles au nouveau de la promotion de l’emploi des jeunes », a-t-il laissé entendre.

Juilette Compaoré, présidente du conseil d’administration du SPONG

Cependant, fait savoir toujours Juliette Compaoré, ce dialogue entrepris avec tous les partenaires sociaux et politiques est de voir quel est le besoin du marché, quels  sont les secteurs qui ont besoin de compétences plus affinées afin  que les centres qui offrent les formations puissent être adaptés et intégrer dans leurs  modules les compétences nécessaires.

Elle reconnait certes les efforts engagés par l’Etat au niveau national, mais pour elle, ce cadre de concertation veut apporter la discussion avec les structures étatiques en charge de la promotion de l’emploi afin de mieux affiner les stratégies et de les assurer que les emplois promus sont des emplois décents.

« Le travail  de dialogue que nous faisons régulièrement oriente en notre sens l’offre de Job Booster en termes de formation en fonction des besoins. Mais aussi de voir si les mesures mises en place par les politiques pour l’emploi des jeunes répondent au besoin du marché et d’un travail décent », dit-elle.

Cet atelier s’inscrit dans leurs stratégies de plaidoyer, des moments d’analyses, de réflexion, de partage afin de renforcer le dialogue tripartite, Etat, société civile et secteur privé pour la création d’emplois décents au profit des jeunes.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *