Burkina : La 8e semaine nationale de la planification familiale lancée

1215 0

La 8e édition de la semaine nationale de la planification familiale a été lancée ce lundi 4 novembre 2019 à Bissighin, un quartier situé à la sortie Nord de Ouagadougou. Ainsi, du 4 au 10 novembre, les services de planning familial sont normalement gratuits dans les centres publics partout au Burkina Faso.

C’est parti pour la 8e semaine nationale de la planification familiale. Cette semaine vise à accélérer l’accès des populations aux services de planning familial de qualité. Les méthodes contraceptives sont gratuites dans tous les centres de santé publics du pays durant la période du 4 au 10 novembre 2019.

Les bienfaits du planning familial ne sont plus à démontrer, a soutenu le représentant résident de l’UNFPA, Auguste Kpognon. Ses avantages, dit-il, vont de la réduction du taux de mortalité maternelle et infanto-juvénile à la capture du dividende démographique. « Stratégie de promotion de la santé des mères et des enfants, cette semaine entre dans le cadre de la promotion de la planification familiale », a expliqué Auguste Kpognon.

La mesure de la gratuité des méthodes contraceptives saluée…

Après sept éditions passées, l’organisation de la semaine nationale de la planification familiale se révèle, selon lui, être une excellente stratégie de promotion de la planification familiale à travers le plaidoyer auprès des autorités politiques et administratives, les leaders coutumiers, religieux et administratifs.

Le représentant résident de l’UNFPA a renouvelé l’engagement de l’organe onusien à soutenir le Burkina Faso dans ses efforts en faveur de la santé sexuelle et reproductive. Il a salué la mesure de la gratuité des méthodes contraceptives lancée en phase pilote dans deux régions du pays.

Le lancement officiel de la semaine a été effectué par l’épouse du Premier ministre, Dr Clémentine Dabiré, marraine de la cérémonie. Pour l’ambassadrice de la planification familiale, la gratuité permet l’accès de toutes les couches sociales aux méthodes contraceptives modernes.

Augmenter la prévalence contraceptive de 22,5% à 32% en 2020…

« Le Burkina Faso s’est engagé pour le repositionnement de la planification familiale afin de créer les conditions nécessaires pour une transition démographique favorable à son développement économique et social », a dit l’épouse du PM.

Clin d’œil a été fait au Plan national d’accélération de la planification familiale 2017-2020. Ce plan a pour but, entre autres, d’augmenter la prévalence contraceptive de 22,5% (2015) à 32% en 2020 au Burkina Faso. Pour le moment, tout porte à croire que le pays est sur la bonne voie.

En rappel, le ministère de la santé, à travers la Direction de la santé de la famille, organise chaque année, depuis 2012, la semaine nationale de la planification familiale avec l’appui technique et financier de ses partenaires.

Au nombre de ces derniers, il y a l’UNFPA, Marie Stopes International, Jhpiego, l’OMS, Pathfinder, l’ABBEF, Médecins du Monde France (MdM), Equip. Pop, PP Global, USAID, la SOGOB, etc.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *