France: Réexamen du dossier d’une jeune Ivoirienne menacée d’expulsion

1120 0

Le ministre français de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé ce samedi 9 novembre 2019 que la demande de séjour de Samira, une fillette ivoirienne de 10 ans menacée d’excision dans son pays, et de son père devrait être réexaminée et ce, à la suite d’une forte mobilisation citoyenne menée par l’eurodéputé Raphaël Glucksmann.

C’est en principe ce mardi 12 novembre 2019 que Samira et son père devaient être expulsés de la France. Bénéficiant d’un sursis, leur droit au séjour « va être réexaminé, compte tenu de leur situation familiale particulière », a annoncé le ministre français de l’Intérieur Christophe Castaner.

Selon Raphaël Glucksmann, Samira, 10 ans, est arrivée en France où elle est scolarisée après avoir fui son pays d’origine la Côte d’Ivoire avec ses parents « pour échapper à l’excision ». « Elle est une rescapée des opérations de sauvetage en Méditerranée. Au cours de la traversée, elle a perdu sa maman », relate encore Raphaël Glucksmann.

Ils sont arrivés en France en janvier 2019 par l’Italie où ils devaient être expulsés vers Venise, conformément au règlement de Dublin qui confie l’étude de la demande d’asile au pays d’entrée en Europe.

« Compte tenu du titre de séjour obtenu par le père en Italie, il n’est pas fait droit en l’état, après un examen de sa situation, à sa demande de se maintenir avec sa fille sur le territoire français », a expliqué à l’AFP la préfecture de police. « Les autorités italiennes ayant accepté leur retour, ils font l’objet d’un départ organisé et non d’une mesure d’expulsion avec un vol prévu mardi 12 novembre », a-t-elle précisé.

Raphaël Glucksmann membre du parti de gauche « Place publique » dans une pétition a recueilli plus de 150 000 signatures. En plus de la pétition, près de 200 personnalités dont la maire de Paris Anne Hidalgo, l’ancienne garde des Sceaux socialiste Christiane Taubira, l’acteur Dany Boon ou le joueur du PSG Marco Verratti ont signé ce samedi 09 Novembre 2019, une lettre ouverte adressée au Président Français Emmanuel Macron.

Les associations de lutte contre l’excision sont également rentrées dans la danse pour obtenir la clémence des autorités françaises.

Grâce à ce sursis évoqué par le ministre français de l’Intérieur, Samira peut rester en France pour le moment pour y poursuivre ses études.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *