Exploitation minière artisanale au Burkina : ANEEMAS outille une cinquantaine de personnes 

547 0

L’Agence Nationale d’encadrement des Exploitations Minières Artisanales et Semi-Mécanisées, en collaboration avec le Centre d’Informations Minières et l’Ambassade de France au Burkina Faso, a initié un atelier de formation de 48 heures au profit des ONG, la société civile et les élus des collectivités locales. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce jeudi 21 novembre 2019 à Ouagadougou.

Les activités d’exploitation artisanale de l’or sont source de dégradation de la flore et de la faune et de propagation de certaines maladies. C’est pour aider à faire face à toutes ces préoccupations que l’ANEEMAS a été créée en vue d’assurer de façon efficace l’exploitation minière artisanale, dont cet atelier qui va contribuer à améliorer des connaissances des différents participants.

Pour Salofou Trahoré, Directeur général de l’ANEEMAS, à la sortie de cet atelier de formation, les participants doivent connaitre le rôle et la contribution des élus de la société civile et des ONG dans la lutte contre le travail des enfants, l’utilisation des produits chimiques dangereux et la dégradation de l’environnement.

Ce sera également le lieu pour eux de cerner et connaitre les institutions publiques en charge d’encadrer l’activité minière au Burkina, leurs rôles, de maitriser les enjeux socio-économiques de l’exploitation artisanale et surtout de se familiariser avec les mécanismes de gestion du contentieux lié à l’exploitation, a-t-il ajouté.

Il conclut en invitant les participants à être assidus, à rester attentifs et à participer activement à cette session.

Oumarou Mandé, chargé de mission, représentant le ministre des mines et des carrières, le Burkina Faso est, à l’instar des pays de la sous-région, un pays à forte exploitation artisanale de l’or. Elle emploie une main d’œuvre de plus de d’un million d’individus et génère environ 232,2 milliards de FCFA. C’est pourquoi il faut encourager l’initiative de cet atelier qui est à féliciter car il va permettre à ces participants de mieux s’outiller en rudiments nécessaires à même d’assurer une exploitation minière artisanale responsable.

Cet atelier bénéficie de l’appui financier de l’ambassade de France, représentée par Franck Lalanne, attaché de coopération.  Il a rappelé l’historique de leur partenariat  avec l’ANEEMAS qui a été signé en juillet 2019 pour une période de deux ans.

Une cinquantaine de participants de 6 structures prennent part à cette session.

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre