Burkina : Clôture de la 2e session du CES

1298 0

La deuxième vice-présidente du Conseil économique et social (CES) a procédé ce lundi 25 novembre 2019, à la clôture de la session ordinaire de l’année 2019. Cette session s’est déroulée du 29 octobre au 25 novembre 2019, sous le thème « Utilisation des produits chimiques dans l’Agriculture au Burkina Faso : quels impacts sur la santé, l’environnement et le développement des filières de production ? »

Le Conseil économique et social (CES) a organisé du 29 octobre au 25 novembre 2019, la deuxième session ordinaire de l’année 2019, sous le thème « utilisation des produits chimiques dans l’Agriculture au Burkina Faso : quels impacts sur la santé, l’environnement et le développement des filières de production ? ».

Plus de 15.000 tonnes de pesticides ont été importées au Burkina Faso, entre 2014 et 2018, selon la 2e vice-présidente du Conseil économique et social (CES), Aminata Elisabeth Ouédraogo. Pour elle, ces produits chimiques sont de qualité douteuse. Elle affirme que 70% des produits phytosanitaires vendus aux paysans ne sont pas homologués. Elle demande donc l’intervention de l’Etat.

« Nous attendons de l’exécutif que des mesures soient prises pour contrôler, pour maitriser l’importation, parce que ce n’est pas nous qui fabriquons, nous faisons venir ces produits. Il y a beaucoup de produits chimiques qui entrent ici en fraude, qui ne sont pas homologués. Nous attendons que l’Etat mette en place un système de suivi et de contrôle strict. Nous avons été à Nambé, nous avons demandé aux producteurs, ils disent qu’ils vont au marché et ils achètent le moins cher, vous avez tout compris », a-t-elle fait savoir.

Les produits chimiques posent des problèmes de santé

Des études ont démontré que le recours aux produits chimiques dans la lutte contre les ravageurs des cultures soulève des préoccupations d’ordre environnemental, et pose des problèmes de santé tant pour les agriculteurs que pour les consommateurs, selon le rapporteur Ali Badra Ouédraogo.

« Les conseillers font le constat que les impacts négatifs des produits chimiques sur la santé humaine sont généralement dus à l’explosion à ces substances et à la consommation des aliments contaminés. Ils se caractérisent par divers maux tels que l’hyper-salivation, les brûlures entre autres. Ils retiennent également que les animaux d’élevage sont sujet à des intoxications aigues entraînant parfois leur mort », dit-il.

Des communications et une visite terrain ont permis aux conseillers d’approfondir la problématique de l’utilisation des produits chimiques. Pour minimiser les effets néfastes de ces produits, des recommandations ont été faites, entre autres, le respect des normes d’utilisation des produits chimiques pour stimuler les filières de production et relancer les exportations, éviter les aliments déclarés impropres à la consommation par les services compétents et le respect des normes de conditionnement, de transport et de stockage des produits chimiques.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *