Burkina : Le gouvernement à l’école de la guerre « 4G »

631 0

Le contexte national marqué par les attaques terroristes contre des civils et des positions des Forces armées nationales était au cœur d’un séminaire gouvernemental, le mardi 26 novembre 2019. Cette rencontre a connu la participation des membres du gouvernement, dont le Premier ministre, Christophe Dabiré.

Le séminaire gouvernemental a réuni à Kossyam, au Palais présidentiel, une vingtaine de membres du gouvernement. En sus de ces derniers, ce séminaire sera également adressé, dans les prochains jours, aux Forces de défense et de sécurité et aux acteurs de la société civile (coutumiers et religieux, Hommes de médias).

« Nous espérons que cela permettra aux uns et aux autres d’avoir une vision plus pertinente des différents conflits sociaux et politiques qui secouent le monde », a fait savoir le ministre de la défense, Chériff Sy. La présente conférence intitulée « Guerres et conflits de 4e génération » est organisée en accord avec l’ambassade d’Égypte au Burkina Faso, le ministère de la défense d’Égypte et celui du Burkina Faso. 

Lutte contre le terrorisme : ” Il faut que nous comprenions que ce n’est pas qu’une affaire des Forces de défense et de sécurité “

Elle vise à permettre une meilleure lecture des événements qui secouent le monde « afin de nous permettre de nous donner des éléments d’analyse pour mieux connaître les objectifs de ces guerres et conflits, leurs caractéristiques de même que les techniques et méthodes qu’elles utilisent », a expliqué Stéphane Sanou, secrétaire général du gouvernement.

Cette approche, poursuit-il, « nous permettra peut-être de mieux affronter les challenges qui nous sont aujourd’hui imposés ou qui ne manqueront pas de s’imposer dans l’avenir ». Aussi, ajoute le ministre de la défense Cheriff Sy, « il faut que nous comprenions que ce n’est pas qu’une affaire des Forces de défense et de sécurité mais qu’il faut une synergies d’actions entre toutes les forces vives de la nation pour apporter une réponse conséquente à cette adversité ».  

Le séminaire gouvernemental est animé par le général de division Mohamed Hesham. Il est expert de l’armée égyptienne et spécialiste en analyse des guerres et conflits.

A noter en rappel que la guerre de quatrième génération (4G) est perçue comme le fait de renverser les régimes sans intervention militaire directe. Dans ce nouveau modèle de guerre, il s’agit d’attaquer l’esprit des centres décisionnels auprès d’un groupe. Pour réaliser ce but, il s’agit de briser la volonté politique de son adversaire.

Ce modèle de guerre favorise la guerre asymétrique, en y impliquant de plus en plus la population civile.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *