Promotion de l’Energie solaire au Burkina : 5 000 jeunes bientôt formés

702 0

Le Ministre de l’énergie El Béchir Ouédraogo a procédé au lancement officiel du Projet de formation et d’insertion de 5 000 jeunes du Burkina aux métiers des énergies renouvelables (ER) et de l’efficacité énergétique (EE) le mardi 26 novembre 2019 à Bobo-Dioulasso.

Ce projet de l’Agence nationale des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ANEREE) en partenariat avec l’ONG Job Booster entend responsabiliser des milliers de jeunes Burkinabè dans les villes et les campagnes.

Le soleil, l’autre « or blanc » du Burkina

Au cours de cette cérémonie, les enjeux du projet ont été largement expliqués. « La problématique de l’énergie étant  capitale pour le développement harmonieux d’un pays, quoi de plus normal que la promotion de l’énergie solaire qui s’avère être la moins chère ? », se demande le ministre. De ses témoignages, il ressort que le solaire est si dynamique qu’il procure à lui seul un taux de  60% des métiers nouvellement créés dans le monde.

Mais le paradoxe, c’est que les pays en tête de cette prouesse ont trois fois moins de soleil que le Burkina. Aussi, « notre pays propose le prix le plus cher en  kilowatt. Et pourtant, le Burkina est l’un des pays les plus ensoleillés de la sous-région. Il est temps que nous exploitons cet or blanc qui nous tombe sur la tête », rappelle le ministre. D’où son ambition d’inverser la tendance en érigeant le Burkina Faso en   leader sous régional en matière d’énergie solaire. 

Mais avant toute chose, El Bechir Ouédraogo rappelle qu’il faut croire à l’exemple de ceux qui ont cru un jour qu’un voyage sur la lune est possible.

Un projet inclusif

Le coordonnateur de  Job Booster Christophe Zongo explique que cette formation de courte durée est accessible aux jeunes de tous les niveaux scolaires moyennant une contribution de 20 000 francs CFA.  Aussi, le projet prévoit une égalité de chance aux deux sexes dans l’ensemble des 13 régions du pays pour l’intérêt de tous. «La venue de l’électricité en milieu rural doit s’accompagner d’un développement économique. Parce qu’il ne faudrait pas que les populations des campagnes aient recours aux techniciens  des villes pour réparer une plaque solaire », justifie le ministre.

Le PDG de Bakou logistique Mamadou Banakourou Traoré, par ailleurs Co-parrain de la cérémonie, se réjouit de cette belle opportunité qui, au-delà des milliers d’emplois, contribue également à lutter contre le changement climatique.

Les opérateurs économiques promettent de parrainer 500 autres jeunes

Dans la région des Hauts-Bassins, il est prévu un nombre initial de 700 bénéficiaires. Mais suite à un appel lancé par le ministre, des opérateurs économiques ont promis de parrainer 500 autres dans la région.

Selon les prévisions de Béchir Ouédraogo, c’est un pas vers l’atteinte des objectifs du président du Faso, « accroitre à l’horizon 2020, le taux d’accès à l’énergie de 3 à19% en milieu rural et de 30 à 45% au plan national » .

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

                                    



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *