Burkina-France : Une coopération « no limit », selon Luc Hallade

181 0

L’Institut  Supérieur de Logistique de Ouagadougou (ISLO) a mis sur le terrain 27 officiers stagiaires. Issus de quinze nationalités différentes, ces stagiaires ont été formés dans deux domaines. Il s’agit du cours d’application des chefs de section du matériel et du cours des officiers de maintenance des corps de troupes. La sortie de cette cuvée de l’ISLO est intervenue ce vendredi 29 novembre 2019.

« Pour ces stagiaires, c’est un plus parce que certains quittent la vie de militaire pour celle de spécialiste. Nous avons besoin de ce personnel pour nos troupes », a indiqué, le directeur général de l’ISLO, le Colonel Nestor  Ouédraogo. Il souligne ainsi l’importance de son institut dans la formation des militaires. Selon ses propos, bon nombre des formations du personnel des forces armées est dispensé à l’ISLO.

Sur les aptitudes reçues au cours de cette formation, le directeur de l’école a donné des indications. « Ce sont des connaissances pour gérer un certain nombre de moyens logistiques.  Pour les chefs de sections de matériels, on leur a donné des modules qui permettent de guider un hélicoptère », a-t-il expliqué. Des aptitudes qui permettront aux stagiaires d’effectuer des tâches comme le déploiement des troupes, le sauvetage et la riposte.

Remise des diplômes aux stagiaires issus de quinze pays différents

« Une proclamation de résultats est la promesse d’un avenir à construire », a déclaré le Colonel Nestor  Ouédraogo. Une déclaration à l’endroit des nouveaux diplômés pour les galvaniser à bien travailler. Les stagiaires qui ont reçu leurs diplômes ce jour ont acquis des connaissances dans deux spécialités. Ainsi, le cours d’application des chefs de section du matériel a duré 6 mois  et le cours des officiers de maintenance des corps de troupes, 3 mois.

La France aux cotés des autorités

« Cette cérémonie marque l’aboutissement de plusieurs semaines de travail intense. En effet, cela a été l’occasion pour nous d’acquérir de solides connaissances en matière de logistique. Mais aussi d’avoir une vision claire dans ce domaine qui fait encore défaut dans nos différentes armées », a souligné le délégué des stagiaires, Evrard Nzoango. Il situe l’importance de cette formation pour eux surtout dans les conditions actuelles du Burkina Faso.

Et comme souvent, la France s’est mise du côté des autorités burkinabè. Financièrement, côté personnel et côté logistique, l’apport de la France est du goût des premiers responsables de l’institut. Une situation qui a permis à l’ambassadeur de la France, Luc Hallade d’affirmer que  « notre soutien, il est acquis à partir du moment où cette coopération se passe bien. Et elle se passe bien. Le jour où les autorités burkinabè estimeront qu’elles ont les formateurs nécessaires pour assurer seuls la formation des écoles, on retirera nos coopérants et on les affectera ailleurs ».

Photo de famille des autorités avec les nouveaux diplômés

Et sur l’entendue de cette coopération, le diplomate français a indiqué que c’est « no limit ».

En rappel, l’ISLO appartient au réseau des écoles nationales à vocation régionale.  Elle a pour objectif de renforcer les capacités des États africains en matière de logistique dans les opérations de soutien à la paix.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre