Quota jeune au Parlement : Le Balai citoyen continue le plaidoyer

92 0

Le Balai Citoyen a présenté le bilan du programme « Alliance jeunes et parlementaires », ce 28 novembre 2019.

Le Balai citoyen a lancé en avril 2018 le programme « Alliance Jeunes et Parlementaires » (AJP), un projet pilote de 24 mois. Il vise à contribuer à une meilleure prise en compte des intérêts socio-économiques des jeunes dans les travaux parlementaires.

Débutée en avril 2019 et finie en septembre, la première phase du projet qui est de 20 mois,  a réuni 202 jeunes femmes et hommes dans certaines régions du Burkina, à savoir Bogandé, Dori, Pô et Ouagadougou, dont l’âge varie de 17 ans 30 ans.

La deuxième phase a démarré en janvier 2019 et est prévue  s’achever en mars 2020. Elle est une continuité des activités menées au cours de la première phase et couvre les villes de Koudougou et Tenkodogo. Les jeunes bénéficient  des formations et d’immersions lors des travaux en commission à l’Assemblée nationale.

A Tenkodogo, ils sont 65 membres dans le Comité de base dont 25 jeunes femmes. A Koudougou,  35 jeunes hommes et 25 jeunes femmes. Une grande campagne nationale avec des jeunes des six localités ainsi que la jeunesse militante des partis politiques. Elle aura lieu les 7 et 8 décembre à Koudougou et à Tenkodogo.

Plaidoyer

Quatorze autres organisations politiques et de la société civile ont décidé de rejoindre le plaidoyer et le « Groupe de plaidoyer quota jeunes » a été mis en place. Il s’agit du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS Burkina), le Conseil national des Jeunes (CNJ), le Gouvernement Jeunesse du Burkina Faso, le Cercle des Jeunes Juristes pour la vulgarisation du Droit (CJVD).

Pour une contribution efficace et pour plus de représentativité des jeunes à l’Assemblée nationale, des plaidoyers sont déployés pour l’adoption d’un quota jeunes de 30% sur les listes de candidatures aux législatives de 2020, le recrutement de 127 jeunes assistants parlementaires et l’extension de la couverture de la radio du parlement aux 45 provinces du pays.

 « Nous avons rappelé aux élus la nécessité d’inclure dans le texte qui sera adopté, les 30% de quota jeunes, au risque d’exclure volontairement plus de la moitié de leur électorat », a plaidé Alphonse Yambré, coordinateur du projet.

Ces objectifs de plaidoyer concourent à diverses actions  dont des audiences dans certaines villes.

Dahma de Touré

Pour Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre