Mali : Le président IBK demande à ses compatriotes de ne pas “mordre la main” tendue de la France

130 0

Dans un message télévisé le samedi 30 novembre 2019, le Chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Kéita a appelé ses compatriotes à ne pas “mordre la main” des pays qui leur viennent en aide. Il s’agit en l’occurrence de la France qui subit depuis plusieurs mois l’hostilité de la société civile malienne.

Boubacar Kéita a appelé ses compatriotes à ne pas “mordre la main” des pays qui leur viennent en aide. Il s’agit en l’occurrence de la France qui subit depuis plusieurs mois l’hostilité de la société civile malienne.

Le Chef de l’Etat malien, Ibrahim Boubacar Kéita a, autrement, annoncé dans son discours de ce 30 novembre 2019 la tenue d’un débat national pour dégager les solutions à la crise non seulement sécuritaire, mais multiforme, à laquelle son pays est confronté depuis plusieurs années. Le lancement officiel de ces assises est prévu le 14 décembre. Il souhaiterait en faire un cadre inclusif impliquant « toutes les forces vives de la Nation » afin de faire « une mise à plat » en vue d’un « diagnostic profond » de la situation qui prévaut dans le pays.

A en croire les opinions de responsables et experts, il est impérieux d’adjoindre l’action politique à l’action militaire en vue de faire barrage à la propagation du terrorisme au Mali.

Treize soldats français sont morts lundi dans la collision de leurs deux hélicoptères lors d’une opération de combat de nuit dans le sud du Mali.

Le président malien a par ailleurs indiqué qu’il se rendrait à l’hommage rendu ce lundi 02 Décembre 2019 par la France à ces soldats. Il a dit s’incliner devant leur mémoire alors que des Maliens réclament le départ des troupes françaises ou étrangères qu’ils accusent de lorgner leur richesse naturelle.

Nous n’avons aucune raison de nous glorifier d’avoir tendu la main à ceux qui en avaient besoin hier”, a assuré le président IBK se référant à l’engagement de soldats maliens pendant les guerres mondiales aux côtés de la France ou dans les missions de paix, “mais nous n’avons non plus aucune raison de mordre la main de ceux qui nous tendent les leurs aujourd’hui”.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Africanews

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre