Tunisie : Un bus chute dans un ravin, au moins 24 morts dénombrés

63 0

Environ une trentaine de jeunes adultes touristes ont été tués ce dimanche 1er décembre 2019 dans un accident de bus dans le Nord-Ouest du pays, célèbre pour ses montagnes. Dix-huit (18) blessés ont également été recensés à l’issue de cet accident. Au total, 43 personnes se trouvaient à bord du bus, qui est « tombé dans un ravin après avoir franchi une barrière en fer », selon un communiqué du ministère de l’Intérieur publié sur sa page Facebook.

Selon un bilan provisoire dressé par le ministère de l’Intérieur tunisien le dimanche 1er décembre 2019, ce sont 22 morts et 21 blessés comptés à la suite du drame de la chute du bus-touriste dans le Nord-Ouest du pays. Quelques heures plus tard, le ministère de la Santé a revu à la hausse ces chiffres, produisant un nouveau bilan  qui faisait état de 24 morts et 18 blessés. Toutes les victimes sont de nationalité tunisienne. Elles avaient entre 20 et 30 ans.

En attendant que le gouvernement tunisien décrive les circonstances exactes de cet accident, l’opinion nationale  tunisienne face à ce lourd bilan et des images effroyables tient les autorités du pays pour responsables au regard des infrastructures jugées déficientes.

En provenance de Tunis et à destination d’Aïn Draham, le bus appartenant à une agence de voyage locale est sorti de la route dans la région d’Aïn Snoussi, a indiqué le ministère de l’Intérieur.

L’ensemble des blessés ont été transférés dans des hôpitaux de la zone, selon la même source.

La région montagneuse d’Aïn Draham, proche la frontière algérienne, est un lieu de villégiature apprécié des Tunisiens. Ils s’y rendent nombreux en cette période de l’année pendant les week-ends. Toutefois, les infrastructures routières principalement y sont toutefois déficientes. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la mortalité routière en Tunisie est la plus élevée en Afrique du Nord après la Libye, avec plus de 24,40 pour 100 000 habitants.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Jeune Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre