Burkina : Témoignage d’habitants ayant fui les exactions à l’Est

883 0

A l’occasion de la conférence de diffusion des résultats du colloque national sur l’extrémisme violent et des valeurs de référence, le ministre de la culture Abdou Karim Sango, accompagné de la députée Elyse Thiombiano/Ilboudo, a rendu visite aux déplacés ce jeudi 05 décembre 2019, à Fada. Il a réaffirmé le soutien de l’Etat.

Ils sont venus de plusieurs villages de la région de l’Est   suite aux  exactions terroristes. Certains déplacés ont rejoint leurs connaissances dans les familles de Fada et ceux qui n’en ont pas  sont installés au stade  régional  de Fada. En effet, ces derniers n’ont rien emporté dans leur fuite et ne comptent que sur les bonnes volontés, en attendant la réaction du gouvernement.

Sous anonymat, un homme explique comment il a fui les violences. « Nous avions commencé la récolte du mil le matin et ils nous ont dit que les mauvaises personnes (terroristes) sont à Gongnaaba et font des tueries en frappant certains et égorgeant d’autres. On a entendu les coups de feu qui s’approchaient de nous et nous avons commencé à marcher pour nous sauver », a expliqué ce dernier. « En cours de route, ils nous ont dit que les kolgweogo de Fada et eux se sont affrontés. Arrivés à Natiaboani, on nous a appris qu’on les a chassés », poursuit-il.

« Nous sommes alors retournés pour chercher nos affaires (on n’avait rien pris) et c’est en ce moment  qu’ils ont tué  beaucoup de nos frères. Tous ceux qu’ils ont croisés,  ils les ont égorgés. Nous n’avons rien pu prendre. Lorsqu’on fuyait,  ils ont égorgé mon grand frère. Ils brulaient les concessions et tout leur contenu», a-t-il ajouté.  

Exactions

 A en croire ces déplacés, de nombreuses personnes ont été tuées et les enfants,  égarés. Selon un autre témoignage, les habitants de Djabaltou et ceux de Daagu ont rejoint également  Fada.

« Nous sommes de Djabaltou. Les terroristes ont tué  mon premier enfant et l’enfant à mon grand-frère. Heureusement, moi j’étais à Fada (…). Ma famille  est venue me rejoindre», a expliqué Bandé Salou.

Selon lui, ce même jour ils (les terroristes) sont allés à Daagu et les habitants ont aussi fui pour rejoindre  Fada et toute cette semaine ce sont les habitants de Nassougou qui viennent à Fada fuyant les exactions terroristes.

Ces déplacés qui n’ont rien pu emporter  ont déclaré qu’il est difficile de pouvoir se nourrir. Ils sont alors aidés par la Croix-Rouge, le Plan Alimentaire Mondial(PAM) par l’action sociale depuis quelques jours.

Le ministre de la culture Abdoul Karim Sango a saisi  l’occasion pour affirmer  le soutien du gouvernent et a promis que des mesures seront prises par le ministère de l’action sociale pour leur prise en charge.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *