Marathon Paalga du grand Ouaga : Victoire de l’Ivoirien Soumaïla Traoré

598 0

L’Ivoirien Soumaïla Traoré a remporté la première édition du Marathon Paalga du grand Ouaga courue le samedi 7 décembre 2019 dans les artères de la ville de Ouagadougou. Par cette édition, le journal L’Observateur Paalga relance la compétition qu’elle organisait à l’occasion de son anniversaire.

Les cinq hommes ont pris la course en main dès le départ

C’est reparti pour le marathon organisé par le journal L’Observateur Paalga. Précédemment connu par son nom Marathon Ouaga Laye, cette compétition sportive renait avec pour appellation Marathon Paalga du grand Ouaga. Près de 500 athlètes étaient présents le samedi 7 décembre 2019 devant le siège de l’Observateur Paalga pour prendre part à cette édition de la renaissance. 42,196 km à parcourir à partir du siège du journal. Après le top départ donné à 6h30, il a fallu cinq kilomètres pour qu’un groupe d’une dizaine de coureurs se détache du lot pour prendre en main la course.

Elle est menée par un habitué le Marocain Khalil Lablaq vainqueur de la 7e édition de Altitude Nahouri et de la 4e édition du Marahton Ouaga-Laye. C’est lui qui donne le ton à la course. Mais au fil des km, cinq hommes se détachent clairement. Khalil Lablaq, Malik Yakubu (Ghana), Molarel Hhimanot (Ethiopie), Soumaïla Traoré (Côte d’Ivoire) et Afful Boris du Ghana. Ces cinq coureurs creusent l’écart avec les poursuivants et se tiennent jusqu’à 25 km de l’arrivée (Saaba).

Les organisateurs et leurs partenaires ont effectué un faux départ

Cinq personnes aux commandes

Puis, à partir des 15 derniers km (Tanghin), l’Ivoirien Soumaïla Traoré accélère. Le Ghanéen Afful ne peut tenir et décroche. Il ne reste plus que trois coureurs dans les derniers km cinq derniers km (Ouidi-Goughin). Les trois hommes se tiennent jusqu’à la ligne d’arrivée située devant la Cathédrale de Ouagadougou (Saint Léon).

Pendant les derniers 100m, Soumaïla Traoré allonge ses foulées pour finir par s’imposer de justesse. Il termine la course en 2h19mn55s. Molarel Hhimanot arrive deuxième à trois secondes (2h19mn58s). La troisième place revient à Malik Yakubu (2h20s08s). Lablaq est 5e (2h22mn56s) et Boris prend la 5e place (2h28mn34s).

Soumaila Traoré (3e ici) a laissé les autres concurrents faire la course

L’Ethiopienne arrive première chez les dames. Le premier Burkinabè chez les hommes est Bonkoungou Emile Bonkoungou (12e) alors que Samatou Tindé est la première chez les dames. «C’est la première fois qu’on court un marathon à moins de 2h20 au Burkina Faso », se réjouit le directeur technique national (DTN) Missiri Sawadogo. Il espère que ce marathon fera partie des meilleurs de la sous-région grâce aux conditions d’organisation qu’il a jugé excellentes. « Je suis enseignant et je n’ai pas eu assez de temps pour me préparer », affirme Émile Bonkoungou.

La stratégie du vainqueur

« Je les ai laissés partir pour commencer à monter doucement pour enfin me montrer. C’était formidable. Au Burkina Faso, je participais à mon meilleur marathon parce que c’était bien organisé », confie tout heureux Soumaïla Traoré le vainqueur. Il affirme s’être entraîné au Kenya avant de venir à Ouagadougou.

« Ne serait –ce que pour le principe que ce Marathon ait pu se tenir, c’est une victoire par rapport à tout ce qui a été dit sur la destination Burkina, assure Édouard Ouédraogo, le directeur de publication de L’Observateur Paalga. C’est la preuve que le Burkina est bien fréquentable avec ses aléas comme on en trouve ailleurs ».

Ce marathon s’est tenu en collaboration avec la mairie de Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre