Achille Tapsoba : « Nous sommes contre le fait qu’un pays veuille réduire en pays vassal, un autre »

778 0

Le Président Français Emmanuel Macron a « invité » les Présidents du G5 Sahel en France pour dit-il, « clarifier » les points sur la présence des troupes française dans la zone sahélienne. Ce lundi 9 décembre 2019, Achille Tapsoba, le premier vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), s’est prononcé.

Face à ce que le Président français appelle « sentiment anti-français », pour Achille Tapsoba, il s’agit plutôt de « réactions hostiles à la politique extérieure de la France. C’est différent », dit-il tout en précisant que « le peuple burkinabè n’est pas l’adversaire du peuple français ».

De la conduite à tenir par le Président du Faso Roch Kaboré, Achille Tapsoba a tout d’abord planté le contexte en précisant que le parti dont il est premier vice-président s’est inscrit dans l’Opposition politique. En tant que tel, « nous nous opposons à la politique extérieure du Président Roch Kaboré et du MPP », dit-il avant de tenter une réponse.

“N’étant pas aux affaires, nous ne sommes pas dans la disposition de dire ce qu’il faut faire ou ce qu’il ne faut pas faire. Nous attendons qu’il (Roch Kaboré) le fasse et nous allons analyser et nous allons nous prononcer. Si le Président Roch (Kaboré) part à cette convocation, nous allons apprécier. Si le Président Roch (Kaboré) intervient dans cette convocation, nous allons apprécier (…)

Nous ne nous érigeons pas en donneurs de leçons à qui que ce soit, mais nous avons notre vision et notre perception de la politique à savoir que les accords de coopération entre le Burkina Faso et les autres pays doivent se fonder sur le respect des intérêts mutuels”.

Achille Tapsoba

Mais des relations que le Burkina Faso entretient avec les autres pays, Achille Tapsoba indique être contre tout rapport qui vassalise un pays par rapport à un autre.

« Nous sommes contre le fait qu’un pays, par de quelconques subterfuges, veuille réduire en pays vassal, en pays soumis, un autre. Et nous allons donc travailler à ce que la France respecte les intérêts du Burkina Faso tout comme le Burkina Faso respectera les intérêts de la France », a conclu le premier vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

Lire 👉 “Invitation” d’Emmanuel Macron à Pau : Ce qu’en pense Yacouba Isaac Zida

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *