L’armée nigérienne met en déroute des assaillants

701 0

 La garnison d’Agando, une base de l’armée au nord de Tahoua du côté de la frontière malienne, a été la cible d’une attaque ce lundi 09 décembre 2019 dans la matinée.

L’agression contre le camp d’Agando a d’abord commencé par une attaque kamikaze  ce matin du lundi 9 décembre 2019. Le véhicule a explosé devant le camp militaire et avait pour but de desserrer les mailles des murs de la garnison pour permettre aux assaillants d’entrer. 

Les soldats nigériens, en alerte maximale depuis plusieurs jours, ont toutefois opposé une grande  résistance aux assaillants venus à bord de véhicules 4X4 en provenance du Mali voisin et qui ont fini par battre en retraite. 

Pourchassés par les soldats de la compagnie et du commando du Bataillon de sécurité de renseignement (BSR), une partie des agresseurs s’est réfugiée dans le village d’Agando, pour finalement prendre les habitants comme boucliers humains. Le village, selon une source sécuritaire,  est entièrement cerné par les soldats nigériens. Le reste des assaillants a été pris en chasse par l’aviation nigérienne.

Selon un premier bilan dévoilé par les autorités militaires nigériennes, un soldat a perdu la vie tandis que cinq autres ont été blessés. 

La compagnie d’Agando a pour principale mission de traquer les terroristes et d’annihiler le trafic de drogues et autres stupéfiants. Cette attaque rappelle fort bien celle d’Inates, dans l’ouest du Niger, le 1er juillet 2019 où le raid contre ce camp de l’armée nigérienne portant le nom de cette localité a été mené à l’aide de « véhicules kamikazes ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre