11-Décembre à Tenkodogo : « Nous devons garder le cap »

1408 0

Le Burkina Faso a célébré ce 11-Décembre 2019, le 59e anniversaire de l’accession du Burkina Faso à l’indépendance. C’est dans la ville de Tenkodogo (capitale régionale du Centre-Est) que se sont déroulées les festivités marquées par la traditionnelle parade civile et militaire en présence du chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré.

 « Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l’Etat-Nation ». C’est sous ce thème que la Nation Burkinabè a célébré ce 11 décembre 2019, le 59e anniversaire de son accession à l’indépendance politique.

Compte tenu de la situation sécuritaire difficile que traverse le Burkina Faso, c’est un 11-Décembre sobre qui a été célébré cette année à Tenkodogo. La tradition a tout de même été respectée avec le défilé civil et militaire. Environ 5 000 personnes ont défilé devant le chef de l’Etat Roch Marc Christian Kaboré.

Mais le ministre en charge de la décentralisation, Siméon Sawadogo reconnait que c’est un 11-Décembre au rabais parce que dira-t-il, les activités ont été diminuées au maximum. « Le dîner a été supprimé, beaucoup d’activités festives ont été supprimées, nous avons fait les choses comme il faut mais au rabais », a-t-il indiqué.

Le Président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a, à l’occasion, invité ses compatriotes à une introspection.  Ce 11-Décembre « est un jour de méditation profonde (…) sur les valeurs qui ont incarné le peuple burkinabè depuis la Haute-Volta jusqu’aujourd’hui : des valeurs de courage, d’engagement, de défense de la patrie, d’intégrité ».

« Nous devons y penser parce que le présent se nourrit de l’histoire. Et nous devons nous rappeler toujours que quelle qu’a été la situation dans notre pays, les Voltaïques d’abord et les Burkinabè après ont toujours su se battre pour notre pays. Même au moment où le Burkina a été disloqué entre plusieurs pays, vous avez vu que c’est sur la ténacité, la détermination de nos chefs coutumiers et de nos rois que le Burkina Faso a été reconstitué. C’est pour dire que nous traversons aujourd’hui une situation difficile mais nous devons garder le courage et le cap parce que nous sommes certains que comme hier, nous sortirons vainqueur de ce combat contre l’obscurantisme », s’est exprimé le Président du Faso.

Parade civile. Ici les défilants de la région de l’Est

Tout en souhaitant que la fête soit belle pour tous les Burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré a invité les Burkinabè à avoir « une pensée pour ceux qui ne sont pas avec nous parce qu’ils défendent la patrie tous les jours dans les combats, ceux qui sont victimes du terrorisme, que ce soit des FDS ou des civils ».  « Pour les blessés, nous leur souhaitons prompt rétablissement. Ces personnes se sont engagées pour le Burkina Faso et nous devons tous être fiers de ce qu’elles ont fait et nous devons nous engager pareillement à ce que nous puissions arriver au bout du terrorisme et du banditisme de tout genre », a-t-il poursuivi.

L’académie militaire royale du Maroc décorée…

A l’occasion de la célébration de ce 59e anniversaire de l’indépendance du Burkina, le chef de l’Etat a fait Commandeur de l’Ordre de l’Etalon le drapeau de l’académie militaire royale du Maroc. Cette institution de formation des officiers a été la première structure au monde à recevoir des élèves-officiers burkinabè alors que l’académie de Pô n’était pas encore créée.

A ce jour, 88 officiers burkinabè ont été formés à l’académie royale du Maroc, parmi lesquels 3 chefs d’Etat Major Général des Armées (CEMGA) que sont les généraux Dominique Diendéré, Honoré Nabéré Traoré et l’actuel CEMGA, Moïse Minoungou.

Roch Marc Christian Kaboré a traduit ses remerciements au royaume du Maroc qui a participé à ce défilé avec une délégation de l’école militaire.  « Nous les avons décorés pour le service qu’ils nous ont rendu en termes de formation d’officiers au Burkina Faso. Plus de 80 personnes ont été formées dans cette école. Nous leur disons merci », a-t-il commenté. 

Le ministre Siméon Sawadogo pour sa part a apprécié l’accueil que la population du Centre-Est a réservé aux populations des autres régions. Il s’est également réjoui de la réalisation des infrastructures à Tenkodogo, à Koupéla et à Ouargaye, et surtout la construction de l’Université du Centre-Est dont le démarrage interviendra très bientôt.

La région du Centre-Est passe le témoin à la région des Cascades qui organisera en 2020 le Soixantenaire de l’indépendance du Burkina à Banfora. 

Maxime Kaboré

Burkina 24


Photo Une : ©Présidence du Faso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *