Mise en œuvre des droits reproductifs : Le Burkina et la Côte d’Ivoire accordent leurs violons

993 0

Des acteurs de la promotion de la santé sexuelle et reproductive du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire se concertent du 12 au 13 décembre 2019 à Ouagadougou. Sous la supervision de la Société des gynécologues et obstétriciens du Burkina (SOGOB) et ses partenaires dont Médecins du Monde France au Burkina et Amplify Change, ils examineront le rôle des Organisations de la société civile (OSC) dans les droits en santé sexuelle et reproductive (DSSR) dans les deux pays.

Les droits sexuels et reproductifs sont des droits reconnus à tout individu et de façon non limitative de décider de se reproduire, de se marier, de déterminer le nombre d’enfants, de bénéficier de la sécurité sexuelle et reproductive, obtenir l’information juste sur les méthodes contraceptives efficaces, et pouvoir accéder aux services de contraceptions appropriées.

Les normes concernant ces droits sont énoncées dans de nombreux instruments internationaux et régionaux qui ont été ratifiés par les Etats. Les acteurs de veille estiment que c’est donc une responsabilité des Etats d’adopter les mesures législatives, judiciaires, économiques, administratives permettant d’instaurer un environnement juridique et politique propice à la réalisation des DSSR individuels et collectifs.

Mais, des difficultés liées à l’application des textes ratifiés sont très souvent décriées. La rencontre du 12 au 13 décembre 2019 dans la Capitale burkinabè vise entre autres à améliorer les politiques en la matière par l’identification et la mise en œuvre de stratégies innovantes visant à faire des DSSR une réalité au Burkina et en Côte d’Ivoire. Le thème principal du forum inter-pays est « Rôle de la société civile dans la mise en œuvre des DSSR au Burkina et en Côte d’Ivoire ».

Pour la mobilisation et la capacitation de la société civile

« Ce premier forum est organisé afin d’améliorer le dialogue entre toutes les parties prenantes surtout les ONG intervenant dans le domaine des DSSR au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire. Il sera question entre autres d’établir un bilan global de la mise en œuvre des DSSR depuis la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD), évaluer la mise en œuvre des DSSR au niveau OSC et gouvernemental et formuler des recommandations », a expliqué le Pr Ali Ouédraogo, Président de la Société des gynécologues et obstétriciens du Burkina (SOGOB).

Bien outillées, a-t-il ajouté, les OSC peuvent contribuer à la diffusion de bonnes informations auprès du grand public. Pour le Dr Seydou Koné, représentant le ministère ivoirien de la santé, il s’agit d’une rencontre très importante pour les deux pays. Durant les deux jours de travaux, dit-il, chaque pays présentera son niveau de mise en œuvre des droits en SSR, même si les difficultés partagées entre les deux Nations ne sont pas identiques. Les résultats de ces travaux serviront de ressort pour booster les actions futures, a-t-il confié.

L’ONG humanitaire Médecins du Monde France au Burkina (MdM) et son partenaire Amplify Change assurent le volet technique et financier de ce forum. « La mobilisation et la capacitation de la société civile pour la mise en œuvre effective des DSSR est un engagement de Médecins du Monde dans le cadre de sa participation au mouvement du Partenariat de Ouagadougou », s’est réjoui Fatamba Cissoko, Coordonnateur général de MdM France au Burkina.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

QSQ : Que signifie CP1 ?

Posté par - 23 novembre 2012 0
Que signifie CP1 ? Un sigle qu’on a prononcé ou qu’on prononce chaque jour mais dont on n’est pas toujours…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *