Côte d’Ivoire : Le gouvernement annonce 3 morts dans des violences scolaires avant les congés de Noël

1212 0

La ministre de l’éducation nationale, Kandia Camara, a annoncé ce jeudi 12 Décembre 2019, un bilan de 03 morts dans les lycées et collèges de Côte d’Ivoire en effervescence à l’approche des congés de Noël. Ces troubles avant Noël sont une tradition annuelle dans les écoles ivoiriennes où les élèves sèment des troubles en vue de se mettre en congés avant la date officielle.

Les lycées et collèges en Côte d’Ivoire sont secoués par des remous depuis le début du mois de décembre. A l’origine de ces perturbations, des élèves et des non-élèves, curieusement, organisés en bande pour troubler, voire mettre un terme au premier trimestre de cette année scolaire 2019-2020 et du coup, anticiper les congés de Noël officiellement prévus se tenir du 18 décembre 2019 au 05 Janvier 2020.

Dans ces manifestations, parfois d’une rare violence, trois élèves ont perdu la vie, a annoncé mercredi la ministre ivoirienne de l‘Éducation.

Un élève de la classe de 3è a été assassiné « éventré » le 04 décembre dernier à Anyama (Banlieue Nord d’Abidjan), un autre de Terminale a été « égorgé » à Daloa, dans le Centre-Ouest le lundi 9 décembre et le troisième assassinat a été enregistré à Dimbokro (Centre) où une élève en classe de 2nde a été tuée le mercredi 11 décembre dernier.

« Encore une fois, nous avons le cœur en peine. Nous sommes attristés, la communauté éducative est en deuil », a indiqué Kandia Camara tout en déplorant ces incidents au cours d’une réunion d’urgence avec des acteurs du système éducatif, des chefs traditionnels, des syndicalistes ou encore des membres du gouvernement.

« Certains élèves ont décidé eux-mêmes de la date des congés… des élèves décident de se donner des congés anticipés (…) Allons-nous continuer d’être silencieux face à nos enfants qui assassinent nos enfants ? … Je le dis ici et je veux que les parents de Côte d’Ivoire le retiennent : tous les enfants coupables seront radiés de toutes les écoles publiques comme privées », a-t-elle asséné.

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile, à la suite de ces assassinats, a annoncé l’interpellation de 80 élèves dont 42 personnes déférées devant les tribunaux ivoiriens.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *