Didier Awadi : « Il ne faut pas que Macron joue avec les mots, essaye de nous donner un problème de conscience »

Le Festival Ciné droit Libre a accueilli  « trois grandes gueules » pour un concert ce vendredi 13 décembre 2019 au soir. Il s’agit de Smockey, Didier Awadi et Valséro. Ces grandes figures qui sont les ambassadeurs du festival Ciné Droit Libre se sont prêtées aux questions des journalistes ce vendredi 13 décembre 2019 à l’Institut Français.

Didier Awadi est revenu sur l’invitation du président Macron à Pau. Invitation qui a été reportée à janvier 2020, en raison du drame qui s’est produit au Niger.

« C’est parce qu’on n’a pas pris nos responsabilités par rapport à la sécurité de nos pays depuis les indépendances. On a délégué ça à quelqu’un d’autre. On ne s’est pas armé (…). Aujourd’hui c’est lui qui te protège, c’est lui qui a l’armée, qui a la force, t’invite par la force et t’a rien à dire. Tu t’indigne, on s’en fou, tu viendras au rapport quand je veux. Sinon je ne te donne pas à manger. N’oublies pas que c’est moi qui garde ta monnaie,  tes réserves d’or sont chez moi. Le développement, ça dépend de moi. Quand je te dis tu viens, tu cours. Point. C’est indignant(…)».

Didier Awadi

Le président Macron parle de sentiment anti-français. Didier Awadi, n’épouse pas ses mots. Il s’explique :

« Quand il parle de sentiment anti-français, il n’y a pas de sentiment anti-français. Il ne faut pas que Macron joue avec les mots, essaye de nous donner un problème de conscience. Ce n’est pas vrai. Il n’y a pas de problème entre les citoyens africains et français. Il y a un problème par rapport à une monnaie coloniale. Nous disons que pour notre souveraineté, elle (Ndlr, la monnaie) n’a rien à faire avec l’ancienne puissance colonisatrice. On pense que si la Gambie, le Cap-Vert peuvent gérer leur monnaie, nos pays peuvent aussi gérer leur monnaie. On n’est pas plus enfant qu’un autre. Pourquoi on veut nous faire croire qu’on ne pourra pas ? (…) On nous infantilise et on accepte d’être infantilisé tous les jours. Vous pensez que la France va déléguer sa responsabilité par rapport à sa monnaie ? Alors pourquoi elle ne nous laisse pas faire exactement la même chose ?. Ce n’est pas contre le peuple français, c’est contre des systèmes. Il ne faut pas qu’on oppose les peuples. Il n’y a pas de racisme. C’est une question de souveraineté».

Irmine KINDA

Burkina 24



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page