Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara lance le registre national des personnes physiques

572 0

Le lancement officiel du registre national des personnes physiques a été fait le jeudi 12 Décembre 2019 à Abidjan en présence du chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara. L’objectif de cette base de données biométriques est de facilité l’enregistrement de façon efficace des naissances et des informations d’état-civil de chaque personne résidente en Côte d’Ivoire. Cette étape constitue une avancée majeure alors que le pays peine encore à déclarer officiellement 28% des enfants de moins de 5 ans.

Le chef de l’Etat ivoirien a inauguré ce jeudi 12 Décembre 2019, le registre national des personnes physiques. Cette cérémonie a été marquée par son enrôlement pour l’établissement de sa nouvelle carte nationale d’identité.

Le premier bénéfice de cette opération est l’attribution systématique d’un numéro national d’identité unique, dès la naissance, ou lors d’une opération d’identification comme un renouvellement de pièce d’identité et ou d’une entrée sur le territoire d’un étranger résidant ou de passage sur le territoire ivoirien.

L’autre objectif de ce nouveau registre est selon les autorités ivoiriennes de réduire drastiquement les fraudes sur l’identité et faciliter notamment pour un citoyen l’obtention d’un document administratif.

Ce sont au total, 2 500 machines d’enrôlement réparties sur tout le territoire ivoirien. Il va s’agir de lutter efficacement contre le nombre de citoyens dits « fantômes », c’est-à-dire non déclarés à l’état-civil.

En 2011, le nombre de citoyens « fantômes » était estimé à quatre millions de personnes, avec un taux d’enregistrement des naissances plafonnant à seulement 45 %.

Selon Marc Vincent, représentant de l’UNICEF en Côte d’Ivoire, « l’opération spéciale de rattrapage organisées entre 2017 et 2019 a permis à plus de 600,000 écoliers d’obtenir un extrait de naissance. Le nouveau mécanisme d’enregistrement des naissances avec les agents de santé est en train d’augmenter le nombre de nouveaux nés qui sont déclarés – gratuitement – dans les délais de 3 mois. Ceci va considérablement impacter le taux d’enregistrement des naissances », a-t-il récemment indiqué à propos de la problématique de l’enregistrement des naissances en Côte d‘Ivoire.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre