Coopération : Le Burkina et le Japon main dans la main pour une éducation de qualité

1171 0

La coopération entre le Burkina Faso et le Japon « se porte bien » et donne des fruits. Les deux pays ont, à travers un projet de développement du système éducatif, procédé à l’inauguration d’un Collège d’Enseignement Général (CEG)  ce mardi 17 décembre à Nioko 2.

« Au delà du combat militaire contre le terrorisme, le Burkina Faso a besoin de citoyens éclairés et bien outillés pour asseoir plus solidement les bases de sa stabilité », a déclaré l’ambassadeur du Japon au Burkina, Tamotsu Ikezaki. Une déclaration pour situer le contexte de réalisations de cette infrastructure. Un bâtiment de quatre classes, des bureaux et des latrines, c’est la composition du joyau des populations de Nioko 2.

Un bâtiment de quatre classes offert à la population de Nioko 2

Cette réalisation entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet de construction et d’équipement d’infrastructures scolaires.  Et ce, afin « d’augmenter les chances de fermer des prisons  et de repousser très très loin les frontières du radicalisme », selon le diplomate japonais. Ainsi, c’est au total 328 salles de classes équipées qui seront réalisées dans le cadre dudit projet. Il faut noter que c’est un projet avec un budget de prés de 22 milliards de francs CFA.

Remise des clés des classes au ministres Stanislas Ouaro

Il intervient dans les régions du Centre, du Centre-Ouest, du Centre-Nord, du Centre-Sud et du Plateau Central. Et pour ces populations, « l’appui du peuple japonais vient à point nommé. Il constitue une bouffée d’oxygène pour le système éducatif burkinabé », selon les propos du ministre de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro. Les 61 CEG sont donc la bienvenue pour ces 5 régions.

« La réalisation d’un établissement scolaire demeure un investissement de grande portée pour la jeunesse de cette localité. En soutenant  l’éducation par cet investissement, c’est une opportunité que le peuple japonais offre à des milliers d’enfants burkinabé d’acquérir des connaissances et des compétences nécessaires pour leur développement harmonieux » (Pr Stanislas Ouaro).

Des élèves d’un jour “très heureux”

Pour les autorités communales, la mise en œuvre de ce projet est « salutaire », « une vraie aubaine » de l’avis du maire de la ville de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé. « Ouagadougou est vraiment fier de voir que tous les trois mois, on inaugure une infrastructure scolaire de haute qualité », a-t-il martelé. Il n’a pas caché ses sentiments de satisfactions et ceux de la population ouagalaise.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *