3e session du conseil des ministres du CICC

Conseil des ministres de la filière anacarde : Des experts débroussaillent le terrain à Ouaga

1159 0

Les experts du conseil international consultatif du cajou (CICC) sont réunis à Ouagadougou pour la préparation de la 3e session du conseil des ministres de ladite organisation. En prélude à cette rencontre prévue pour le 20 décembre 2019, les experts examineront les documents devant servir de base de travail.

Les experts, réunis à Ouagadougou du 18 au 20 décembre 2019, feront l’état de la mise en œuvre des résolutions issues de la 2e session du conseil des ministres. En outre, ils prendront connaissance des résultats des travaux du comité ad’hoc pour le recrutement du Secrétaire exécutif, examiner le plan d’action, le budget 2020. Egalement, ils partageront des expériences sur l’état de la filière cajou dans les pays membres du conseil international consultatif du cajou (CICC).

Bien que la filière anacarde soit porteuse, le taux de transformation des noix avant exportation en Afrique est faible. « L’Afrique ne transforme que 5% de la production mondiale, alors qu’elle produit 2/3 des noix de cajou au monde », a fait savoir le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré.

300 000 tonnes dans les années à venir

 « L’anacarde était considérée comme un arbre qui permet de régler les questions de désertification. Mais depuis quelques années les Etats ont compris l’importance de l’anacarde. Tout le monde a commencé à s’organiser pour en faire un produit stratégique qui permet de créer le développement dans les différents pays. C’est pour cela que les pays ont décidé de s’organiser pour se donner les moyens d’apporter des réponses aux questions qui minent la filière », a-t-il indiqué.

A écouter Harouna Kaboré, la filière anacarde au Burkina Faso se comporte bien avec une production à environ 100 000 tonnes en 2018. Selon lui, avec l’accompagnement du ministère de l’agriculture le Burkina Faso envisagerait d’atteindre 300 000 tonnes dans les années à venir. En ce qui concerne cette 3e session du conseil des ministres du CICC, le ministre a expliqué que « cette rencontre va nous permettre de faire un bond en  avant ».

Des experts débroussaillent le terrain à Ouaga
Des experts débroussaillent le terrain à Ouaga

Longtemps méconnue ou marginalisée, la filière anacarde est devenue en l’espace de quelques années l’attraction de tous les pays  du monde. En effet, l’anacarde autrefois utilisée comme instrument de lutte contre la désertification, est devenue de nos jours un puissant outil de développement économique et social.

En 2018, la production mondiale de la noix brute de cajou a atteint un niveau record de près 2 millions de tonnes dont 57% en Afrique. L’anacarde occupe le troisième rang des produits d’exportation du Burkina Faso avec une valeur de 117, 11 milliards de FCFA en 2018. La filière génère des revenus pour plus de 45 076 ménages.

Cependant, la filière anacarde est confrontée à d’énormes difficultés. Il s’agit, entre autres, de la faiblesse des rendements et de la valeur ajoutée chez les acteurs. Face à ces insuffisances et c’est pour endiguer les problèmes qui handicapent le développement de la filière que les Africains ont de décidé de mutualiser leurs forces, dans la vision d’une  augmentation substantielle de transformation des matières première.

D’où la mise en place du conseil international consultatif du cajou (CICC) pour examiner et  traiter les grandes problématiques liées aux marchés de la filière.

Conseil des ministres de la filière anacarde : Des experts débroussaillent le terrain à Ouaga
Conseil des ministres de la filière anacarde : Des experts débroussaillent le terrain à Ouaga

En rappel, c’est lors de  la 2e édition du salon international des équipements et des technologies de transformation de l’anacarde (SIETTA), tenue en novembre 2016, que les participants ont suggéré un regroupement au sein d’une organisation internationale, dans l’objectif d’œuvrer au développement de la filière en Afrique et à travers le monde. Cette nouvelle organisation faîtière devrait contribuer à relever les défis majeurs auxquels est confrontée la filière anacarde dans le monde. C’est dans ce sens que les participants ont créé le conseil international consultatif pour la promotion de la filière anacarde. 8 pays sont membres et deux autres observateurs. La 2e  session du conseil des ministres s’est tenue le 30 août  2019 à Cotonou  au Bénin.

Jules César KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *