Lutte contre la traite des enfants : Le Burkina, le Togo et le Bénin mutualisent leurs efforts

926 0

Des experts du Burkina, du Togo et du Bénin en matière de protection des enfants victimes de traite ou en situation de mobilité transfrontalière se concertent ce 20 décembre 2019 à Ouagadougou. Cette rencontre entre dans le cadre d’un accord tripartite de coopération entre les trois pays dont la signature est prévue pour le 23 décembre 2019.

La question de la protection de l’enfance est toujours au cœur des préoccupations des politiques de bon nombre d’Etats africains. Malgré les résultats obtenus, le défi demeure énorme, et ce, au regard du caractère transfrontalier et de l’ampleur du phénomène de la traite des enfants.

Selon le rapport 2017 sur la traite des personnes du ministère burkinabè en charge de la famille et de l’action humanitaire, 1,739 personnes présumées victimes de traite ont été interceptées dont 96,14% sont des enfants. Parmi ces personnes, 431, soit 24%, étaient concernées par la traite externe avec environ 38% de sexe féminin. La moyenne des interceptions est estimée à 1,474 par an de 2011 à 2017.

Les nationalités non-burkinabè les plus concernées sont ivoirienne, togolaise, béninoise, nigériane, nigérienne, malienne et ghanéenne. « C’est pourquoi, dans la lutte contre la mobilité non encadrée des enfants et partant de leur protection, plusieurs Etats notamment ceux de la Région ouest-africaine mutualisent leurs moyens », a indiqué Seydou Soulama, Conseiller technique représentant la ministre en charge de la femme, au cours de la cérémonie d’ouverture de la rencontre d’experts ce 20 décembre 2019.

Signature de l’accord tripartite de coopération le 23 décembre

La lutte contre la traite des enfants, a-t-il poursuivi, requiert de plus en plus une approche internationale et multisectorielle. Le Burkina Faso, pays de départ, d’accueil et de transit, a, ainsi, adhéré à cette vision de lutte commune en signant plusieurs textes régionaux et accords inter-pays notamment avec le Mali en juin 2004 et avec la Côte d’Ivoire en octobre 2013.

« Le présent accord tripartite de coopération en matière de protection des enfants victimes de traite ou en situation de mobilité transfrontalière entre le Burkina Faso, la République du Togo et la République du Bénin s’inscrit dans cette dynamique afin de mieux prendre en compte la dimension internationale du phénomène », a fait comprendre le Conseiller technique de la ministre en charge de la femme.

L’UNICEF se positionne comme partenaire technique et financier du projet. Au nom de l’organe onusien, Guirlène Frédéric a affirmé que l’objectif général de la rencontre qui se tient du 20 au 23 décembre 2019 à Ouagadougou est de renforcer la protection des enfants victimes de traite ou en situation de mobilité transfrontalière dans les trois pays.

« Il s’agira d’examiner et valider le projet d’accord et de procéder à la signature de l’accord tripartite de coopération en matière de protection des enfants victimes de traite ou en situation de mobilité transfrontalière entre les trois pays », a-t-elle dit.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *