Ministère de l’éducation  : Le statut valorisant à partir de janvier 2020

1762 0

Le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) Stanislas Ouaro a tenu une rencontre d’échanges avec les gestionnaires de son département le jeudi 19 décembre 2019 à Bobo-Dioulasso. Le ministre promet d’œuvrer à la prise en compte des recommandations formulées pour le bien-être du système éducatif burkinabè.

« 38 points du protocole d’accord signé le 27 janvier 2018 par les acteurs de l’éducation sont déjà acquis », a annoncé le Ministre de l’éducation nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales (MENAPLN) Stanislas Ouaro au cours des échanges avec les gestionnaires. A l’en croire, cela prend en compte « l’augmentation des indemnités de logement pour les enseignants en classe aussi bien que les encadreurs pédagogiques sur le terrain, l’amélioration des indemnités spécifiques pour le personnel,  la bonification des échelons et le statut valorisant qui sera effectif à partir de janvier 2020 ».

Aux dires du ministre, l’application de ces mesures a nécessité un budget de à 60 milliards de francs CFA.

Cependant, d’autres recommandations ont été exprimées par les participants. Notamment  l’affectation de régisseurs dans les structures déconcentrées où les intérimaires sont déjà en fin de mission, le traitement des heures supplémentaires et aussi la nécessité de définir la relation hiérarchique entre régisseurs et gestionnaires du ministère.

Apurement des heures supplémentaires

A toutes ces préoccupations, le Ministre Stanislas Ouaro rassure que des solutions sont en train d’être trouvées. Par conséquent, il dit avoir fait le compte rendu de la situation des gestionnaires au ministère des finances. Au sujet des heures supplémentaires, il affirme que son département est en train d’œuvrer à son apurement. Quant à la question du cumul de tâches entre gestionnaires et régisseurs, le ministre confie avoir demandé le point de la situation. Non sans rappeler que les gestionnaires et les régisseurs des structures déconcentrées relèvent tous des directeurs régionaux. « De ce point de vue, il n’y a pas d’ordre hiérarchique, mais plutôt un lien fonctionnel », clarifie le ministre.

Ces échanges interviennent à la fin d’une formation des gestionnaires sur la bonne exécution du budget du MENAPLN. Ladite formation a été initiée suite au constat d’un certain nombre  d’insuffisances dans la gestion des ressources financières du département.

Un budget de 450 milliards de F CFA en 2020

Des insuffisances caractérisées, entre autres, par la non justification des ressources précédentes mises à disposition du MANAPLN, des rejets liés à l’insuffisance du montage des dossiers et aussi au déficit de communication entre les gestionnaires des ressources financières et de leurs premiers responsables au point que jusqu’au mois d’avril passé,  l’information de la disponibilité des fonds depuis le mois de janvier 2018 ait été méconnue de certains responsables des structures du MENAPLN. Entrainant ainsi des anomalies de plus de 528 millions de francs CFA non exécutés dans la période de 2015 à2017.              

Au regard de la satisfaction observée de part et d’autre, le ministre entend pérenniser ce cadre d’échanges et espère une meilleure exécution du budget de 450 milliards de francs CFA prévu pour son département en 2020.

Aminata SANOU        

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *