Contre le terrorisme : « De n’importe quel bord, nous devons nous tenir la main » (Nathanaël Ouédraogo)

626 0

Troisième adjoint au maire de la Commune de Ouagadougou, Nathanaël Ouédraogo est issu de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), principal parti d’opposition au Burkina Faso. Le 11 décembre 2019, il a fait les choux-gras de la presse en refusant une décoration de sa commune. Dans les lignes qui suivent il s’explique et répond également aux questions de Burkina 24 sur l’actualité nationale, le 17 décembre 2019.

Burkina 24 (B24) : Tout récemment vous avez fait l’actualité en refusant une décoration au niveau communal, pouvez-vous revenir sur les faits ?

Nathanaël Ouédraogo : Le 11 décembre, j’ai été proposé à la décoration par la Commune de Ouagadougou et arrivé sur place, j’ai constaté sur la liste des personnes qui devaient être décorées depuis l’Ordre de l’Etalon en passant par le mérite et les ordres de la commune que j’étais le seul de l’opposition. J’ai été surpris parce que la décoration telle que le prévoit la loi au Burkina Faso, c’est toujours sur le mérite quelle que soit la médaille en question car c’est pour service rendu à la nation.

J’aurai pu accepter cette médaille, mais au vu du contexte national, le chef de l’Etat lui-même a envoyé une lettre à l’opposition en disant que compte tenu des derniers développements du dialogue national qui a conduit à des actions fortes au niveau de notre pays et compte tenu de la sécurité actuellement qui nécessite l’union des fils et filles de ce pays, il voulait décorer l’ensemble des chefs de parti de l’opposition parlementaire. C’est pour cela que quatre à cinq présidents de parti politique  ont été décorés.

Nous avons pensé que dans cette dynamique, au niveau de la décentralisation, au niveau des régions, la même vision devait se faire pour permettre à notre pays d’avoir une unité d’action, que nous puissions ensemble aller dans la cohésion face au problème sécuritaire. J’ai vu que malheureusement au niveau de la commune de Ouagadougou de la région Centre, ce n’était pas le cas. Compte tenu de tous ces aspects et surtout pour interpeller la Commune de Ouagadougou à mieux faire prochainement, j’ai décidé justement de ne pas accepter cette médaille le 11 décembre.

B24 : Vous l’aviez dit  tantôt, la décoration se fait par le mérite. Est-ce que vous avez su quels sont les critères de base pour les décorations au niveau décentralisé ?

Nathanaël Ouédraogo : Je sais qu’au niveau de la mairie centrale, tout l’exécutif a été décoré, ce qui est contraire à la loi. Je pense que quand on décide de décorer tout un ministère, ce n’est pas conforme à la loi. Même si tout le monde travaille, on doit honorer les plus méritants. Tout le monde peut mériter, mais il y a des gens qui méritent plus que les autres. C’est pour cela qu’on a créé cette décoration.

Par exemple, pour le mérite on a institué l’ancienneté. Quand vous avez 14 ans de service dans votre ministère, vous pouvez bénéficier d’une décoration. Cela veut dire que celui qui a 4 ans ne peut pas prétendre comme celui qui a par exemple 14 ans d’ancienneté.

Pour moi, ce mérite-là ne peut être donné à tout l’exécutif par exemple de la commune. On pouvait dire que telle personne ou telle personne peut déjà cette année recevoir et que pour les autres, 2 ans plus tard,  etc. Mais en tout cas, tenir compte de l’action et de l’activité des gens sur le terrain, parce que c’est un encouragement à mieux faire. Dans cet esprit-là, je pense que donner la même décoration à tout le monde, cela revient à mon avis à ne pas prendre en compte le critère tel que défini par la loi.

B24 : Est-ce que votre refus a engendré un malaise au sein du conseil municipal ?

Nathanaël Ouédraogo : Je n’ai pas eu l’impression. Mais comme vous parlez de malaise, ça peut être  individuel. Beaucoup ont reconnu que j’avais une légitimité à refuser quelque chose qui m’était octroyé et d’autres se sont sentis aussi solidaires parce qu’on ne peut pas comprendre que quand un arrondissement a un maire, quand il a deux adjoints au maire, quand il y a des présidents de commission dans cet arrondissement par exemple, qu’on prenne un conseiller pour dire qu’il mérite une médaille face à ces gens.

Le premier acteur, c’est le maire et ses adjoints suivis des présidents de commission qui sont permanemment à la mairie. Par exemple, le premier adjoint est obligé de résider dans la localité et si cette personne est écartée, qu’on donne à un conseiller qui d’ailleurs en fouillant bien les listes de présence, on se rend compte qu’il ne participe pas de manière assidue aux réunions du Conseil municipal, on se dit que l’appréciation et les critères n’ont pas été respectés. Nous pensons que cela est de manière à décourager ceux qui travaillent plutôt qu’à les inciter à travailler.  

B24 : Nous allons venir à la gestion de la maire, comment se passe la collaboration entre partis d’opposition et de la majorité au sein du Conseil municipal ?

Nathanaël Ouédraogo : La collaboration au sein du conseil municipal, à mon avis, relève d’abord de la volonté des 254 conseillers de la ville. Comme vous le saviez, tous les postes de l’exécutif, conformément à la loi sur les collectivités, se font par élection. Donc, lors de l’élection, je m’étais présenté et je n’ai pas eu le suffrage qu’il fallait pour être maire.

Mais quand je me suis présenté au poste de 3ème adjoint au maire, j’ai été élu à l’unanimité des 254 conseillers de la ville de Ouagadougou. Cela veut dire qu’il y a une réelle volonté de me voir à la conduite de la ville et c’est ce que j’essaie de faire. Maintenant, c’est le maire qui est responsable de l’exécutif et moi toutes les missions qui me sont confiées, j’essaie de les exécuter en fonction de mes capacités et de mes compétences.

B24 : De façon globale, comment appréciez-vous la gestion de la mairie par Armand Béouindé ?

Nathanaël Ouédraogo : Toute œuvre humaine est à parfaire. Je peux dire réellement qu’il y a beaucoup de choses qui peuvent être améliorées actuellement dans la gestion de la ville et de l’exécutif aussi du Conseil municipal. Il n’y a pas mal d’insuffisances et il serait bien qu’elles soient corrigées pour le bien-être des habitants de la ville de Ouagadougou.

B24 : Pouvez-vous mieux développer le point concernant les insuffisances ? Quels sont les points à corriger ?

Nathanaël Ouédraogo : Il serait trop tôt de faire un bilan de l’exercice puisque nous avons encore 2 ans devant nous, l’élection municipale c’est en 2021. Ce serait bien que notre groupe municipal, l’UPC et pourquoi pas de l’opposition, puisse faire un bilan en passant en revue toutes les activités et les actions menées. S’il y avait un point précis, je pourrais mieux vous répondre.

B24 : Justement, il y a cette affaire de véhicules achetés pour les maires de commune qui ont été ramenés. Comment cela est arrivé ?

Nathanaël Ouédraogo : Le problème de véhicule est arrivé par le fait que les 12 maires d’arrondissement, tous les maires confondus qu’ils soient de l’opposition et de la majorité, sont venus rendre les véhicules. Pour moi, cela pose déjà un problème quand vous avez l’unanimité contre vous, même si vous avez raison, ce qui n’est pas le cas ici, vous devez vous remettre en cause. Nous avons essayé de trouver ensemble des solutions à ce problème.

Mais ce problème est venu par le simple fait qu’il y a eu un manque de communication parce que les véhicules qui ont été achetés en remplacement de ce qui existait, le minimum, devaient au moins répondre aux critères des anciens.

Les maires ne sont pas des employés, ce sont des élus. Ce sont les premiers responsables des arrondissements. Ce sont des personnes voire des personnalités. Je crois qu’ils devaient être consultés, leur avis devait être requis pour l’achat des véhicules pour que le travail qu’ils veulent faire soit fait dans les normes. C’est ce déficit de consultation des 12 maires des arrondissements qui a fait que ces maires ont ramené, ensemble, les véhicules après les avoir essayés, d’ailleurs, pour dire que cela ne correspondait pas à l’efficacité et de leurs attentes.

B24 : Nous allons revenir à l’actualité nationale. Quel regard jetez-vous sur la situation sécuritaire ?

Nathanaël Ouédraogo : Il faut reconnaître que c’est une situation complexe qui demande l’union et l’unité d’action de tous les Burkinabè. De n’importe quel bord, nous devons nous tenir la main pour faire face à ce terrorisme. Par contre, il y a un parti qui est au pouvoir et qui détient les manettes de ce pays. Ces personnes détiennent des informations dont l’Opposition ne dispose pas. Compte tenu du secret-défense, nous ne savons pas si l’armée est bien équipée, si elle est bien outillée, si l’organisation telle qu’elle est faite est efficiente pour faire face au terrorisme actuellement.

Souvent, nous sommes amenés à faire des propositions ou des observations par rapport aux résultats que nous voyons. C’est cela qui fait que souvent, c’est comme si l’opposition n’est pas solidaire de la lutte contre le terrorisme. Au contraire, nous sommes très solidaires de la lutte contre le terrorisme. Mais nous nous demandons, face aux résultats actuels, si réellement l’armée reçoit tout ce qui est nécessaire.

L’opposition a même demandé un audit du budget de l’armée pour savoir si réellement tout l’argent et le sacrifice fait comme vous l’aviez vu, le budget de la défense est en augmentation, cela veut dire qu’il y’a un sacrifice qui est fait par le peuple burkinabè soit au niveau de l’éducation, soit au niveau de la santé pour que cet argent là aille en priorité à la défense. Mais si cet argent ne va pas en priorité, cela va poser un problème.

B24 : De plus en plus, les voix se lèvent pour appeler à l’union sacrée autour du président du Faso. Est-ce que, actuellement, l’opposition est prête à taire un peu les divergences politiques pour soutenir l’Institution Présidence du Faso dans la lutte contre le terrorisme ?

Nathanaël Ouédraogo : Personnellement, cela ne me dérange pas que l’opposition soutienne personnellement Roch Marc Christian Kaboré en tant que Président du Faso et je suis d’accord qu’on le soutienne dans l’action de  lutte contre le terrorisme. Je crois que l’opposition que vous aviez actuellement est une opposition républicaine et est consciente que le développement ne peut venir  que quand nous faisons en sorte que nos critiques soient constructives. Et quand on dit de taire même les critiques constructives, c’est que nous voulons aller dans le mur.

D’ailleurs on dit en mooré que c’est la personne qui vous aime le plus qui dit ce qui est mauvais sur votre tête. C’est pour que vous vous arrangiez, pour que vous paraissez plus beau. Pour moi, le soutien au président du Faso est normal. Et dans une république, c’est comme cela qu’on doit faire et c’est ce qu’il faut faire.

Par contre, si le fait de donner une critique constructive permettant à ce que nous gagnons la victoire contre le terrorisme et qu’on nous demande de nous taire, ce n’est plus un soutien ni à notre pays ni à Roch (Kaboré). Au contraire, c’est faire le lit au terrorisme et permettre aux terroristes d’avancer mieux. Au Mali par exemple, on parle d’un hélicoptère qui a été acheté et qui n’a jamais marché. Est- ce que vous pensez que dire que ce n’est pas bien, c’est aller contre le Mali ? Non, c’est la même chose ici.

Si nous voyons des choses qui ne sont pas bien pour nous, pour notre armée, notre défense, si nous sommes des dignes fils de ce pays, il faut le dire pour que cela soit corrigé pour permettre de défendre le pays.

B24 : Il y a aussi des politiques qui conditionnent la réussite de lutte contre le terrorisme à la réconciliation nationale, pensez-vous que les deux faits sont liés ?

Nathanaël Ouédraogo : Non, je pense que les deux faits ne doivent pas être liés. Cela veut dire que c’est un chantage. Je crois que notre pays a besoin de tous les fils et toutes les filles à l’union pour vaincre le terrorisme et pour aussi le développement de notre pays. A partir du moment où on conditionne la défense de notre pays à quelque chose, nous faisons le lit aux terroristes.

La réconciliation est nécessaire et même indispensable parce que notre pays est en voie de développement. Cela veut dire que nous n’avons pas assez de ressources notamment humaines pour aller vite dans notre développement et qu’on a besoin de tous les cerveaux. Mais si cela devient un chantage, c’est là où le problème se pose.

Je continue à croire qu’à partir du moment où vous avez eu à gérer le pays, vous devez rendre compte. A partir du moment où vous avez fait des malversations, qui que vous soyez, vous devez répondre devant la justice. Et si des gens ont été tués et on ne doit plus en parler au nom de la réconciliation, là, ça devient un autre problème.

B24 : Est-ce vous avez un appel à lancer ou un dernier mot ?

Nathanaël Ouédraogo : Ce sont les fêtes de fin d’année, je voudrais profiter de l’occasion que vous me donnez pour souhaiter à tous les Burkinabè bonnes et joyeuses fêtes de fin d’année et surtout priez pour que 2020 soit meilleur  que 2019 sur le plan de la sécurité, de la santé et du développement  du Burkina Faso.

Propos recueillis par Ignace Ismaël NABOLE et Madina TOE (Stagiaire)

Burkina 24

Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre