Burkina : Le SYNATIC se prononce sur « l’attitude méprisante » du gouvernement

1041 0

Le syndicat Autonome des Travailleurs de l’Information et de la Culture (SYNATIC) a animé une conférence de presse ce lundi 23 décembre 2019. Il s’est agi pour le secrétaire général de la structure, Siriki Dramé de donner une réponse à « l’adoption surprise » d’un décret. Le programme de la lutte et les actions à venir ont été également abordés.

« Le SYNATIC considère cette attitude du gouvernement comme une trahison et un manque de considération », a déclaré Aboubacar Sanfo, secrétaire général adjoint du SYNATIC. Une déclaration en guise de réponse à l’adoption d’un décret sur le statut dérogatoire pour les éditions Sidwaya et la RTB. Une attitude jugée « méprisante » par les premiers responsable du syndicat qui dénoncent le manque de concertation dans le processus.

« Le bureau du SYNATIC, qui est entré en négociation avec le gouvernement depuis le 7 novembre 2019, a été surpris par l’adoption des décrets alors que les deux parties sont en discussion. Elles ne sont  encore parvenues à aucun accord »,  a expliqué le SG adjoint du SYNATIC. Pour lui, la surprise est d’autant plus grande alors  que c’est la partie gouvernementale qui « a suspendu les négociations » le 8 novembre 2019.

En réponse à cette situation, les travailleurs à travers le SYNDICAT ont décidé de « relancer le combat ». Et ce, afin de pousser le gouvernement à rétablir le cadre de discussion et traiter le problème avec « plus de sérieux ». Selon  Aboubacar Sanfo, les dispositions nécessaires seront prises par les travailleurs pour l’aboutissement de leur lutte.

« L’objet de la relance de la lutte, c’est pour contraindre le gouvernement à nous prendre plus au sérieux. Si on nous présente le décret et que le contenu est dans le sens de nos discussions, il n’y a pas de problème. Dans chaque lutte, les gâteaux  ne manquent pas. Ils croient que ce que les centaines de travailleurs mènent comme actions ne les regardent pas. Les traîtres ont toujours existé partout. Mais nous on est sûr qu’on va arracher quelque chose. Nous, on ne compte pas sur ces gens ».

Siriki Dramé

Le SYNATIC compte ainsi mener sa lutte en dépit des difficultés. Pour le SG du syndicat, c’est la base syndicale qui dirige la lutte. « Quand on va lancer le mouvement, ceux qui veulent n’ont qu’à aller travailler. C’est leur problème », a-t-il martelé. Pour l’instant, rien de concret n’a encore été décédé quant à la suite des événements.

Et ce, d’autant plus qu’une rencontre a été programmée très prochainement entre le gouvernement et le SYNATIC. Cependant, Siriki Dramé et ses camarades promettent de durcir le ton si les choses n’évoluent pas. Ils exigent la poursuite des négociations et la prise en compte des inquiétudes et des suggestions du SYNATIC.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *