Burkina : ICON Africa la première marque collective panafricaine lancée

567 0

La coopérative ICON a lancé ce mardi 17 décembre 2019 sa première marque collective panafricaine, ICON Africa. Ce lancement a eu lieu lors d’un panel placé sous le thème, « collaboration multi acteurs dans les domaines du commerce, de la santé, de l’agriculture de l’élevage et du numérique : défis et enjeux pour la lutte contre la malnutrition en Afrique », à l’occasion de la 2e Assemblée Générale de la coopérative.

Les membres de la coopérative ICON veulent réfléchir et partager leur expérience afin de déterminer les voies et moyens pour impulser des connexions entre acteurs et catégories ou de secteurs différents.

Pour Pierre Ouédraogo, représentant du ministre de l’agriculture, « c’est une coopérative qui met en exergue et qui valorise essentiellement les produits nationaux et des différents pays membres. Au regard des objectifs nobles de cette coopérative,  il est de notre devoir en tant que ministère de l’agriculture et des aménagements hydroagricoles d’accompagner une telle initiative ».

 La coopérative vise à promouvoir les produits nationaux des différents pays membres de la coopérative et permettre une alimentation saine et équilibrée au niveau des différents pays africains. « ICON est la réaction d’entrepreneurs africains qui se sont interrogés sur comment faire face aux défis de la nutrition dans notre pays», a affirmé Dramane Coulibaly, président de ICON.

« ICON s’est mis en place à partir de réactions des entrepreneurs qui se disent, qu’en mutualisant nos moyens, nous sommes capables d’affronter ces défis, de faire en sorte que nos populations aient accès à une alimentation saine et équilibrée, de promouvoir les produits locaux à haute valeur nutritive. Alors il faut se mettre ensemble et se donner les moyens de réaliser cet objectif », a-t-il expliqué.

La marque collective, ICON est ainsi un des instruments pour la commercialisation et pour l’éducation nutritionnelle. Il permettra de valoriser le travail des producteurs agro-sylvo-pastoraux africains afin qu’ils puissent réellement avoir accès à des revenus grâce à leur travail.

La prévalence de la sous-alimentation en Afrique est passée de 33 à 22% entre 1990-1992 et 13% de 2014-2016 en Afrique de l’Ouest. Mais elle reste préoccupante parce que le nombre de personnes sous-alimentées est passé de 181 millions en 2020 à 222 millions en 2016 en Afrique Sub-Saharienne.

Alice Suglimani THIMOBIANO

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *