Une femme, un jeune, une identité : Un projet pour délivrer 1 million de CNIB  

379 0

Le président de l’assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé était dans la cité de l’épervier ce samedi 28 décembre 2019. Il s’est agit pour lui de procéder au lancement d’une opération de délivrance de Cartes Nationales d’Identité Burkinabè (CNIB). L’opération vise à confectionner 1 million de CNIB au profit des femmes et des jeunes.

Une femme, un jeune, une identité, c’est le nom du projet qui a été lancé ce jour dans la cité de Manga. Une opération de délivrance massive de CNIB pour les femmes et les jeunes. Sur le bien fondé du projet, le président de l’assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé a donné des explications. « Donner une identité, c’est d’abord faire la preuve qu’on est Burkinabè avant que ça ne soit un document utilisé pour les votes. Après le vote, le document demeure », a-t-il indiqué.

La question de l’utilisation de la CNIB  comme document de votation n’est pas  une priorité pour le cadre de concertation des organisations intervenant sur le genre et la participation politique des femmes au Burkina Faso. Pour cette structure qui est porteuse du projet, l’objectif principal de cette opération est d’offrir des documents d’identification afin de permettre aux femmes et aux jeunes d’avoir accès à tous les services et de circuler librement.

Remise symbolique des 1 000 CNIB de la phase pilote par le président de l’assemblée nationale

19 localités vont bénéficier de 1 million de CNIB

Pour la mise en œuvre du projet, 19 localités seront prises en compte. Un choix fait sur la base du faible taux de possession de CNIB.  En effet, sur les 45 provinces que compte le Burkina, seulement une quinzaine a un taux assez important en termes de possession de cartes d’identité. Une situation qui avait conduit le cadre à  lancer une phase pilote du projet qui s’est clôturée le 10 novembre 2019. Une avant-première qui a permis d’établir 1 000 CNIB dans la commune de Manga.

Après cette phase pilote qui a été entièrement gratuite pour tout le monde, l’opération va se doter de critères d’éligibilité. « Il est souhaitable que ça ne soit pas les personnes qui disposent d’un revenu qui bénéficient de cela. Évidemment, il y a des critères que nous allons mieux affiner  pour permettre que ça soit les personnes qui n’ont aucun revenu, qui sont dans une situation précaire », a expliqué la porte-parole du cadre de concertation, Martine Yabré.

Des autorités ont reçu des attestations de reconnaissance de la part du cadre de concertation

Pour mener à bien cette mission et toucher le maximum de personnes, Martine Yabré a demandé des accompagnements. Un message porté aussi par le président de l’assemblée nationale. Et pour donner le top départ de cet accompagnement nécessaire, la représentation nationale a décidé de prendre en charge l’établissement de 1 000 CNIB. Un exemple que le président a invité à suivre.

Basile SAMA

Burkina 24        

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre