Cancer du sein et du col de l’utérus : Des associations féminines intensifient la lutte

1270 0

L’Association zéro féminin cancer en collaboration avec l’Association des attachés de santé en soins obstétricaux et gynécologiques (AASSOG) a organisé, en collaboration avec la cellule féminine du Centre d’Etudes, de Recherches et de Formation Islamiques (CERFI) ce 4 janvier 2020, une journée de sensibilisation et de dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus au profit des militantes du CERFI au siège de l’AEEMB à Ouagadougou.

Dans le cadre de la lutte contre le cancer de sein et du col de l’utérus, l’Association zéro cancer en compagnie de la cellule féminine du Centre d’Etudes, de Recherches et de Formation Islamiques (CERFI) apporte sa contribution. En effet, ce 4 janvier 2020, elles ont procédé à l’organisation d’une journée de sensibilisation et de dépistage au siège de l’AEEMB.

Cette journée de sensibilisation était marquée au préalable par une communication sur le cancer du sein et celui du col de l’utérus considérés comme étant les deux cancers causant le plus de décès dans le milieu féminin, et d’une séance de dépistage avec les professionnels de la santé obstétricale et gynécologique.

Selon Yvette Ouédraogo, présidente de l’Association des attachés de santé en soins obstétricaux et gynécologiques (AASSOG), les facteurs occasionnant ces deux types de cancers sont divers. Ce sont entre autres la sexualité précoce des jeunes filles, la multiplicité des partenaires sexuels, la récurrence des infections sexuellement transmissibles et le fait d’avoir beaucoup d’enfants.

Pour ce qui est du cancer du sein, selon Mme Ouédraogo, le défaut d’allaitement l’expose. Par ailleurs, les facteurs familiaux peuvent être aussi un risque. « Lorsqu’on a un membre de sa famille qui a souffert du cancer du sein, que ça soit votre mère ou votre sœur, le risque d’être atteint par le cancer du sein est multiplié par 5 », a mentionné Mme Ouédraogo.

« S’ils sont détectés très rapidement, ils sont totalement guérissables »

Cependant elle estime que le cancer ne devrait pas être considéré comme étant une maladie conduisant obligatoirement à la mort. Il peut être guéri lorsqu’on s’en aperçoit tôt. « S’ils sont détectés très rapidement, ils sont totalement guérissables », a déclaré Mme Ouédraogo.

Pour la présidente de l’Association zéro cancer, Suzane Sidiané, l’objectif de cette activité est de détecter de façon précoce, les deux types de cancer dont il est question et d’accompagner les femmes vers les structures spécialisées pour une prise en charge appropriée en cas de résultat positif après le dépistage.

Pour les participantes, plus d’une soixantaine, cette initiative est salutaire car permettant non seulement de faire le dépistage, mais aussi d’avoir les informations nécessaires sur le cancer du sein et celui du col de l’utérus. 

« Après la présentation de ce matin, on a compris tous les facteurs clés occasionnant ces maladies et comment s’y prendre pour les éviter. Nous invitons toutes les femmes à faire le dépistage du cancer afin de savoir très tôt si elles sont malades ou pas. Cela permettrait une prise en charge rapide au cas où elles seraient malades », a déclaré Mme Compaoré, participante, membre du Centre d’Etudes, de Recherches et de Formation Islamiques (CERFI).

L’Association zéro cancer qui est née en novembre 2019 dans le but d’apporter sa touche dans le besoin d’accompagnement des patientes atteintes de cancer se met à la disposition de tout groupement et association de femmes qui exprime un besoin de sensibilisation et de dépistage du cancer du sein et celui du col de l’utérus.

Cependant cette jeune association qui travaille à lutter contre les deux types de cancer qui tuent le plus de femme selon (AASSOG), travaille sur fonds propre sans accompagnement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la présidente Sidiané Suzane appelle à l’aide. « Nous lançons un appel à toutes les bonnes volontés qui aimeraient nous soutenir. Nous attendons les soutiens de tout genre qu’ils soient matériels ou financiers », a exhorté Sidiané Suzane.

Amadou ZEBA (Stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *