Présidentielle 2020 : Les Burkinabè de la juridiction de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles affluent pour leurs cartes d’électeurs

90 0

L’opération d’inscription sur les listes électorales et de délivrance des cartes d’électeurs aux Burkinabè de la diaspora a officiellement débuté le 04 janvier 2020. Ce lundi 06 janvier, l’ambassadeur du Burkina Faso à Bruxelles, Son Excellence Madame (S.E. Mme) Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma était parmi les premiers à obtenir sa carte d’électrice, lançant ainsi une campagne qui s’étendra jusqu’au 26 janvier prochain dans sa juridiction.

La présidentielle de novembre 2020 approche à grands pas. En Belgique, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a déployé ses équipes techniques et son matériel d’enrôlement pour ratisser le maximum d’électeurs relevant de la juridiction de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles. Dans cette mission diplomatique qui couvre cinq pays (Belgique, Luxembourg, Grande-Bretagne, Irlande et Pays-Bas), la campagne de délivrance des cartes d’électeurs lancée officiellement le 4 janvier à Bruxelles a pris véritablement son envol ce lundi 06 novembre. L’ambassadeur Jacqueline Marie Zaba/Nikiéma a accouru pour être parmi les premiers, à se faire délivrer sa carte de votation.

Cette opération qui court jusqu’au 26 janvier prochain permettra d’enrôler et de délivrer instantanément des cartes d’électeurs biométriques à plus d’un millier de burkinabè de 18 ans révolus figurant sur la liste des personnes déjà immatriculées au service consulaire de l’ambassade.

Alors qu’une disposition tendait à dire qu’il fallait préalablement être inscrit sur la liste consulaire de l’Ambassade, le commissaire de la CENI qui conduit la mission à Bruxelles, M. Tasséré Savadogo a précisé que ceux qui ne sont pas encore inscrits sur la liste consulaire peuvent encore venir sur place pour s’inscrire sur ladite liste et se faire délivrer immédiatement leurs cartes d’électeurs par l’équipe technique et la Commission électorale indépendante d’ambassade (CEIAM), le démembrement de la CENI à Bruxelles.

La loi n’autorisant que le vote dans les consulats et ambassades du Burkina Faso, il a été arrêté que cette opération d’enrôlement et de délivrance des cartes d’électeurs se déroulera uniquement au sein de l’Ambassade du Burkina Faso à Bruxelles. Objectivement, cela limite les possibilités de certaines personnes, surtout pour une juridiction aussi vaste que celle de l’ambassade du Burkina Faso à Bruxelles qui couvre des pays comme l’Irlande, le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, le Royaume des Pays-Bas, le Grand-Duché du Luxembourg et le Royaume de Belgique. « Nous avons au niveau de la CENI, techniquement tous les moyens pour nous déployer partout où il y a une concentration de Burkinabè, mais nous sommes encadrés par la loi qui ne nous autorise pas, pour l’instant, à nous déployer hors des lieux prévus pour installer les bureaux de vote, c’est-à-dire nos ambassades et nos consulats généraux», a fait observer le commissaire Savadogo.

Des burkinabè venus s’inscrire exprimaient leur fierté et leur satisfaction de pouvoir désormais compter comme des électeurs à part entière.

Cette campagne de délivrance des cartes d’électeurs concomitante à l’enrôlement des électeurs a été engagée après l’installation des différents démembrements de la CENI dans les consulats généraux et ambassades du Burkina Faso à l’extérieur. A Bruxelles, la Commission électorale indépendante d’ambassade (CEIAM), installée, dimanche 12 novembre 2019, est à pied d’œuvre pour mener au mieux cette première tâche d’envergure avant les grandes joutes.

L’opération d’enrôlement des Burkinabè de l’extérieur a été simultanément lancée dans vingt-deux pays à travers le monde qui abritent des ambassades et/ou des consulats généraux du Burkina Faso. La liste des électeurs de la diaspora et celle actualisée des burkinabè de l’intérieur -dont l’enrôlement se déroulera du 03 février au 31 mars- permettront de constituer le fichier électoral qui servira à l’élection présidentielle prévue en novembre 2020.

Cette élection sera la première à laquelle prendront part les burkinabè vivant à l’extérieur des frontières nationales. Longtemps annoncé, le vote des burkinabè de l’extérieur a été jusque-là un serpent de mer avant d’être concrétisé par le régime du président Roch Marc Christian Kaboré, qui, durant sa campagne victorieuse de 2015, en a fait un point d’honneur de son action politique.

Peuvent être inscrits sur la liste électorale et bénéficier d’une carte biométrique de votation tout burkinabè âgé de 18 ans révolus le jour du vote et disposant d’une Carte nationale d’identité burkinabè (CNIB) ou d’un passeport ordinaire en cours de validité. Pour la diaspora, il faut, en outre être immatriculé au servie consulaire.

A Bruxelles, les burkinabè sont attendus dans la salle de réunion de l’Ambassade tous les jours jusqu’au 26 novembre, sise au 16, Place Guy d’Arezzo, 1180 à Uccle.

Romaric Ollo HIEN

Ambassade, Mission permanente du Burkina Faso à Bruxelles

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre