Refus du sit-in d’encouragement à la Justice : Le CISC continue la commémoration de l’AN I de Yirgou

126 0

Le Collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés (CISC) a donné ce vendredi 10 janvier 2020 le motif avancé par la mairie pour leur refuser l’autorisation de tenir le sit-in de soutien et d’encouragement de la justice. Le CISC a par ailleurs présenté les autres activités qui entrent dans le cadre de la commémoration de l’an 1 de Yirgou.

Prévu pour se tenir ce vendredi 10 janvier 2020, devant le palais de justice, le sit-in de la CISC n’a finalement pas eu lieu. Pour cause, la mairie n’a pas autorisé la manifestation. A en croire les propos de Daouda Diallo, la mairie estime que « le sit-in devant le palais de justice engendrerait un mauvais fonctionnement de cette institution indépendante ».

Le collectif dit ne pas comprendre ce refus alors qu’il assiste régulièrement à des manifestations de soutien à des institutions républicaines du pays. Selon les responsables du collectif, toutes les étapes ont été bien suivies et c’est dans l’après-midi de la veille de la manifestation que la mairie a annoncé son refus.

Le lundi 06 janvier 2020, soit 4 jours avant la manifestation, une demande d’autorisation a été adressée à la mairie de Ouagadougou. « Dans la matinée du 9 janvier la réponse de la mairie n’était toujours pas disponible, c’est à 15h10 que nous avons reçu un appel nous invitant de venir chercher notre correspondance, soit quelques minutes avant la fermeture des bureaux », a relaté le SG du CISC.

Le CISC assure que le refus n’ébranle aucunement les organisations initiatrices de ce sit-in de soutien et d’encouragement de la justice. « Ce n’est pas notre dernière activité qui rentre dans le cadre de la commémoration de l’an 1 de Yirgou », a déclaré Dr Diallo.

« On aura la signature de charte par des personnalités du pays qui sont d’une moralité vraiment exemplaire afin qu’on puisse la publier au niveau de la presse. Une conférence publique est prévue en fin janvier et un séminaire journalistique où nous allons inviter les hommes de médias et les structures de droits humains pour les sensibiliser sur cette question sensible », a-t-il précisé.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre