Côte d’Ivoire: Le parcours du jeune ivoirien de 14 ans mort dans le train d’atterrissage dévoilé

400 0

Laurent Barthélémy Ani Guibahi, ce jeune Ivoirien de 14 ans  décédé agrippé au train d’atterrissage d’un  vol commercial de la compagnie Air France, voulait émigrer dans l’hexagone. Flashback sur son parcours du domicile familial à l’aéroport de Roissy, près de Paris la capitale française où sa dépouille a été découverte.

Laurent Barthélémy Ani Guibahi fait partie de ces milliers d’Ivoiriens pour qui immigrer en Europe est une obsession. 

Dans le cas de ce gamin de quatorze ans, les premières alertes de sa disparition ont fait penser à une fugue comme il est légion sous l’impulsion de crises d’adolescence. Nous étions déjà le lundi 06 Janvier 2020, date de la reprise conformément au calendrier de l’année scolaire en cours, lorsque le jeune Laurent Barthélémy Ani Guibahi, régulièrement inscrit au lycée Simone Gbagbo dans la commune de Yopougon, Abidjan, ne retourne pas en soirée en famille. Ce qui n’avait jamais été dans les habitudes de Laurent.

Le lendemain, mardi 07 Janvier, ses géniteurs se rendent au lycée Simone Gbagbo dans les démarches visant à retrouver leur fiston. Toutefois, leur surprise sera davantage forte lorsque l’équipe pédagogique les avisera que leur fils n’était pas apparu à la reprise.

L’annonce de la découverte du corps sans vie d’un jeune Ivoirien d’une dizaine d’années dans le train d’atterrissage d’un avion ne suscite aucun intérêt ni pour les parents de Laurent Barthélémy Ani Guibahi ni pour le personnel éducatif de l’établissement auquel il appartient. Et pour cause, le domicile des Guibahi et le site de l’aéroport international FHB d’Abidjan sont situés d’un bout à l’autre de la grande métropole abidjanaise,  soit une trentaine de kilomètres. 

Mais lorsque le jeudi 09 Janvier, la gendarmerie de l’aéroport se présenta à l’administration du lycée Simone Gbagbo avec une sacoche contenant les affaires d’un enfant trouvé près du tarmac, notamment un T-shirt de sport portant l’effigie de l‘établissement, tout devient précis : il s’agissait bien de l’élève Laurent Barthélémy Ani Guibahi, précédemment en classe de 4e2,  disparu depuis 72 heures, qui avait bel et bien  été tué dans le train d’atterrissage de la compagnie Air France.

Cette nouvelle suscita une vive émotion tant au sein du personnel pédagogique et de la famille du disparu qui n’arrive pas à se l’expliquer tant rien ne présageait une telle entreprise du jeune Laurent Barthélemy.

A en croire le communiqué du ministère ivoirien des Transports, l’élève après avoir traversé toute la ville, a “accédé au train d’atterrissage de l’aéronef en s’agrippant à celui-ci au moment où il s’apprêtait à s’élancer pour son décollage vers 22H55”.

Le ministre Amadou Koné a indiqué dans un point de presse animé au lendemain de cette découverte macabre que “sur la vidéo (de surveillance), on aperçoit un individu vêtu d’un tee-shirt (…). Nous pensons qu’il a eu accès à l’espace aéroportuaire en escaladant le mur. Ensuite, il s’est caché dans les espaces verts et s’est agrippé au train d’atterrissage de l’avion au moment du vol”, a-t-il expliqué.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre