PNUD : Des «Accelerator Lab» pour apporter des solutions locales aux besoins locaux

156 0

Des produits alimentaires locaux conservés, des machines à tisser automatiques, des briques en terre compressée, des machines à fabriquer la glace en 10 et 30 mn, des glacières métalliques, des “cafettes” solaires, des serviettes hygiéniques fabriquées avec du matériau local et à usage multiple et bien d’autres choses, tous sortis du génie de jeunes burkinabè. C’est le paysage donné à la foire de la journée porte ouverte du «Accelerator  Lab» Burkina Faso ce jeudi 16 janvier 2020 à Ouagadougou.

Cérémonie de lancement du laboratoire d’accélération

« On ne développe pas, on se développe», disait Joseph Ki-Zerbo. Cette citation constitue une invite à se concentrer sur ses ressources propres et à privilégier les solutions endogènes  pour répondre aux défis qui se présentent.

Le programme des Nations Unies semble l’avoir compris et l’intégrer devient impératif face aux nombreux défis qui se présentent dans l’atteinte des objectifs de développement durable (ODD) que le monde s’est assigné.

En effet, en lançant les laboratoires d’accélération (Lab accelerator en anglais) en juillet 2019 à New York, le PNUD s’est donné pour objectif de repenser le développement au 21e siècle: Reconnaître la pertinence des savoirs locaux conçus par les communautés locales.

Mathieu Ciowela, représentant pays du PNUD au Burkina Faso

« Il y a de plus en plus un écart entre les réponses que nous apportons et les besoins, des besoins sans cesse grandissants », reconnaît, le représentant pays du PNUD, Mathieu Ciowela.

Alors que, explique-t-il, « plusieurs solutions pertinentes de développement existent tant dans les villes que dans les campagnes mais sont peu connues ou pas explorées. 

Pourtant ces solutions si elles étaient vulgarisées seraient accessibles, adaptées et répondraient mieux aux problèmes cruciaux de chômage et ses corollaires ».

Ces laboratoires sont, en son sens, comme une offre de service que le PNUD apporte pour permettre à la communauté, les chercheurs, les partenaires de travailler ensemble, pour trouver des solutions innovantes qui sont des solutions locales adaptées au contexte et aux besoins.

Ils n’ambitionnent pas de réinventer la roue mais d’accélérer la création et les bonnes pratiques locales susceptibles d’avoir un impact à grande échelle.

Cependant, l’innovation,  l’amélioration de l’environnement socio-économique sont essentielles pour accompagner cette transformation voulue.

Au Burkina Faso, où le taux de chômage et de sous-emploi demeure élevé et touche les jeunes de 15 à 34 ans soit 63% des chômeurs, selon les dires du ministre de l’économie des finances et  du développement, Lassané Kaboré, qui a présidé la cérémonie, des experts ont réfléchi sur la problématique de l’insertion socio-professionnelle des jeunes.

La première expérience a eu lieu dans la région du centre nord où une équipe de Accelerator Lab ayant séjourné 100 jours, a pu découvrir le talent de création et les innovations des jeunes.

Cette journée porte ouverte vise donc à informer, les acteurs du développement sur les objectifs, les approches et les résultats attendus des laboratoires d’accélération afin de favoriser son appropriation.

C’est l’occasion pour les acteurs de développement de trouver oreille attentive à leur préoccupation auprès des représentants des ministères concernés.

Ces représentants ont auparavant pu présenter à l’assistance leurs projets et programmes concourant à l’atteinte des ODD. Mais tous, ont évoqué le manque de  moyens pour une mise en œuvre efficace.

L’atteinte des ODD devient une tâche ardue pour chaque pays. D’où le bien fondé des Accelerator Lab. Les Lab ambitionnent être le réseau d’apprentissage le plus vaste au monde, il compte pour l’heure 60 pays dont 27 en Afrique. 150 scientifiques et concepteurs sont intégrés pour  aider dans la mission de réinventer les services de développement.

C’est en ce sens que le lab est conçu comme une plateforme de donner et de recevoir, un cadre d’échange et de collaboration entre les populations du monde de la recherche, de l’innovation et du secteur privé et public et ceux du développement.

Revelyn SOME

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre