Terrorisme au Burkina : « Il faut une réponse de proximité » (Armand Beouindé)

124 0

Les membres de l’Association des Municipalités du Burkina (AMBF) se sont réunis ce vendredi 17 janvier 2020 à la mairie centrale de Ouagadougou pour faire le bilan de leurs activités de 2019. Cette instance sera une occasion pour eux d’asseoir un programme d’activités de l’année 2020. 

L’année commence et toutes les municipalités du Burkina Faso se rencontrent en Assemblée Générale (AG) statutaire comme le dictent leurs documents fondamentaux dont les statuts et règlement intérieurs qui recommandent qu’il y ait régulièrement des concertations. Pendant cette AG, il consistera pour les municipalités de faire l’examen du plan de travail 2019 et d’adopter celui de 2020.

Il s’agit de « voir si tout ce qu’on avait prévu de faire en 2019, on a pu le faire. Adopter en même le plan de travail 2020 pour voir l’année qui s’annonce, ce que nous avons à exécuter. Après, nous allons examiner les différents budgets, pour voir si le budget tel que prévu a été bien exécuté et prévoir le budget de 2020 », a expliqué le maire de la commune de Ouagadougou, président de l’AMBF, Armand Beouindé.

L’AMBF fête ces 25 ans d’existence cette année, et pour le président de l’AMBF, « 25 ans c’est une année de maturité. Il va falloir qu’on puisse faire le point pour savoir quelles sont les réformes que nous pouvons faire pour que l’association puisse s’adapter à son temps ».

A en croire le maire Beouindé, une étude a été instruite, pour sortir un nouveau plan stratégique des 10 années à venir pour permettre d’asseoir un programme d’activité autour de ce plan stratégique. « Dans ce plan stratégique, il est prévu de grandes reformes et pour que ces réformes soient actées, il faut que l’AG en prenne connaissance et puisse faire des amendements, afin qu’on puisse le mettre en œuvre », a ajouté le maire.

Selon le président de l’AMBF, l’association s’est bien portée sur le plan fonctionnement mais, beaucoup de communes ont connu des problèmes d’insécurité, parce qu’il y a plein de régions où les maires des communes sont obligés de se déplacer vers l’intérieur du pays.

Les élus locaux sont aussi des cibles des terroristes, c’est pourquoi l’AMBF a intégré le problème d’insécurité comme un problème essentiel qui recommande des réflexions. « Nous devons réfléchir pour voir quelle peut être notre contribution en tant qu’élus locaux pour faire revenir la paix. C’est vrai qu’il y a une réponse militaire qui est donnée, mais elle n’est pas suffisante, il faut une autre réponse de proximité », a conclu le maire Beouindé. Au cours de cette Assemblée Générale également, les municipalités présenteront leurs de vœux pour le nouvel an. 

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre