IUTS : Le SYNADEC et le SYMEB tirent la sonnette d’alarme

178 0

Ceci est une déclaration signée du Syndicat national autonome des enseignants-chercheurs (SYNADEC) et du syndicat des médecins du Burkina (SYMEB). Elle est relative à l’application de l’IUTS sur les primes et indemnités des travailleurs de la fonction publique.

L’année 2020 a débuté avec la question de l’Impôt Unique sur les Traitements et Salaires (IUTS), institué par l’ordonnance N°70-043/PRESIMFC du 17 septembre 1970. Le gouvernement s’appuie à cet effet sur la loi  N°0058-2017/AN  du  20  décembre  2017  portant  Code  général  des  impôts  modifiée  par  la  loi N°0051-2019/AN du 05 décembre 2019 portant loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, exercice 2020.

Au lieu de s’engager dans un débat franc et constructif avec les partenaires sociaux et les spécialistes de la question, le gouvernement s’est installé dans  une asymétrie d’informations dont il est le seul à maîtriser les rouages.  La sortie hasardeuse  et pleine d’incohérences dans  le calcul de  l’IUTS  du Directeur Général des Impôts, sur  les  médias, est  la  preuve  de  cette  fuite  en  avant  qui  n’augure  pas  d’un  avenir  serein  pour  les travailleurs.

Le conflit actuel en cours en France portant sur le régime universel des retraites vient nous rappeler encore une fois  que les dirigeants ont la responsabilité sociale de tenir compte des acteurs internes et externes, sans lesquels les activités s’effondrent. Dans la définition des objectifs de développement, la responsabilité des autorités est de concilier les intérêts contradictoires des différents groupes.

Aussi, les travailleurs de la santé attendent toujours l’application des décrets portant grille indemnitaire et indiciaire de la FPH et surtout l’opérationnalisation de l’Agence de Gestion des Soins Primaire (AGSP) créée depuis fin avril 2019 qui concerne plus de 25.000 agents de santé dépourvus depuis janviers 2018 de leurs  primes  de  rendement.  Ceux  de  l’Education  attendent  également  l’apurement  du  passif  sur  leurs indemnités.

Toute tentative d’appliquer l’IUTS aux primes et indemnités à compter du 1er Janvier 2020 ouvrirait une période d’incertitudes et ferait voler en éclats la trêve sociale que son Excellence le Président du Faso, Chef de l’Etat, a lui-même réclamée. Nous appelons nos militants et sympathisants à suivre avec toute l’attention requise l’évolution de la situation nationale.

Tout en réitérant notre profond attachement à un débat constructif, nous nous réservons le droit d’entreprendre toutes actions pour la défense des intérêts de nos militants. Nous invitons par conséquent tous les camarades militants et sympathisants à rester sereins et mobilisés pour les combats qui s’annoncent.


SYNDICAT NATIONAL AUTONOME DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS (SYNADEC)

SYNDICAT DES MEDECINS DU BURKINA (SYMEB)

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont la propriété de Burkina24 et soumis par nos lecteurs. Pour partager votre coup de gueule à publier sur Burkina 24 rendez-vous sur Coup De Gueule Coup De Coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre